Actualisé 20.05.2014 à 12:27

Etats-Unis/SuisseBrady Dougan n'a jamais songé à démissionner

«Nous nous attendons à très peu d'impact sur nos affaires», a assuré mardi le directeur général du Credit Suisse. La banque doit payer une amende record de 2,51 milliards de francs aux USA.

par
ats/ofu
L'Américain est à la tête du numéro deux bancaire helvétique depuis 2007.

L'Américain est à la tête du numéro deux bancaire helvétique depuis 2007.

L'Américain dit n'avoir jamais imaginé démissionner en lien avec le conflit fiscal avec les autorités américaines.

«Nous avons travaillé très dur pour régler cette affaire. Nous avons fait un bon travail. Personnellement, j'en ai fait une priorité», a déclaré Brady Dougan. A la tête du numéro deux bancaire helvétique depuis 2007, le directeur général ajoute «rester très engagé» pour le Credit Suisse.

En vertu de l'accord annoncé dans la nuit de lundi à mardi, la banque a plaidé coupable d'avoir volontairement conseillé et aidé des clients américains à préparer des «déclarations fiscales tronquées» et échapper aux impôts aux Etats-Unis. Elle va au total payer une amende record de 2,815 milliards de dollars (2,51 milliards de francs).

«Nous regrettons profondément les manquements dans le cadre des anciennes affaires transfrontières américaines, qui ont conduit au présent règlement», a répété Brady Dougan. Il s'est déclaré heureux que cette affaire judiciaire et réglementaire, la «dernière» pour le Credit Suisse, soit du passé.

La direction du Credit Suisse doit démissionner, selon le PS

Après l'amende salée infligée au Credit Suisse aux Etats-Unis, ses dirigeants doivent démissionner, estime le Parti socialiste.

La banque serait également bien inspirée de se mettre enfin à appliquer sérieusement les règles internationales.

«Il est incompréhensible que les démissions des dirigeants ne soient pas encore tombées. Celles-ci auraient donné un signal fort en faveur d«un nouvel envol du Credit Suisse», a réagi mardi le président du PS, Christian Levrat.

«Le CS, tout comme d'autres établissements, doit maintenant s'engager activement dans la voie d'une réorientation des marchés financiers», selon le PS.

Il importe désormais que les citoyens n'aient pas à assumer de dommages financiers. C'est au Credit Suisse de payer, tout comme UBS en son temps, les coûts résultant de son attitude. Les socialistes jugent aussi inacceptable que l'établissement puisse déduire fiscalement l'amende de 2,5 milliards de francs.

La Suisse doit quant à elle appliquer au plus vite l'échange automatique d'informations dans le cadre défini par l'OCDE et l'UE. Parallèlement, il faut introduire une obligation de déclaration volontaire pour la gestion de fortune des clients provenant d'Etats tiers. Enfin, une solution rapide doit être trouvée pour les autres banques qui ont maille à partir avec les USA.

Widmer-Schlumpf satisfaite

«Je suis contente qu'un accord ait été trouvé pour régler les problèmes du passé», a affirmé mardi Eveline Widmer-Schlumpf au cours d'une conférence de presse. Peu avant le Conseil fédéral avait publié un communiqué de presse dans lequel il affirmait avoir pris connaissance de l'accord conclu entre le Département américain de la justice (DoJ) et Credit Suisse.

«Le Conseil fédéral note avec satisfaction que cet accord permettra de mettre un terme au conflit qui oppose le DoJ à Credit Suisse depuis plusieurs années», a-t-il écrit. Berne a également souligné que la solution trouvée n'entraînait pas le retrait de la licence de la banque et que le recours au droit d'urgence était exclu. La transmission de noms de clients s'effectuera dans le cadre de la procédure d'assistance administrative ordinaire.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!