Credit Suisse: Brady Dougan quittera son poste en juin
Actualisé

Credit SuisseBrady Dougan quittera son poste en juin

Le directeur général de la banque se retire, après avoir passé huit ans à la tête de l'établissement.

L'actuel directeur général, 55 ans, quittera ses fonctions à fin juin.

L'actuel directeur général, 55 ans, quittera ses fonctions à fin juin.

Pour succéder à l'Américain, le conseil d'administration du numéro deux bancaire helvétique a nommé le Franco-Ivoirien Tidjane Thiam, actuellement directeur général de l'assureur britannique Prudential.

«Je suis fier du travail réalisé par le directoire et tous les collaborateurs de Credit Suisse durant les vingt-cinq années de mon activité au sein de la banque, tout particulièrement durant les huit ans passés en tant que CEO», a souligné Brady Dougan, cité dans le communiqué de Credit Suisse. L'établissement n'a pas indiqué les raisons du départ de l'Américain.

Président du conseil d'administration de Credit Suisse, Urs Rohner a, lui, fait part de sa reconnaissance envers Brady Dougan, louant notamment un engagement exceptionnel et une contribution personnelle hors pair en faveur de la banque. «Il a maintenu durant ces dernières années notre banque sur la bonne voie, malgré un environnement complexe et en dépit des très grands défis auxquels a été confrontée l'industrie financière globale», a commenté M. Rohner.

Né en Côte d'Ivoire en 1962, Tidjane Thiam grandit en France, pays où il a effectué ses études. Fils d'une nièce de l'ancien président ivoirien Félix Houphouët-Boigny et d'un journaliste sénégalais, compagnon de lutte du père de l'indépendance de la Côte d'Ivoire, M. Thiam est diplômé de l'Ecole polytechnique et de l'Ecole nationale supérieure des mines de Paris.

Ministre du Plan

Après avoir obtenu un MDA, Tidjane Thiam rejoint en 1988 le cabinet de conseils McKinsey & Co pour lequel il travaille à Paris et New York. En 1994, il retourne à Abidjan, d'abord en qualité de directeur général du Bureau national d'études techniques et de développement, organe public chargé du développement des infrastructures et de conseil économique, puis ministre du Plan.

La carrière ministérielle de M. Thiam subit un coup d'arrêt brutal en 1999 après le renversement du gouvernement par l'armée ivoirienne. Après avoir été arrêté, il retourne en 2000 chez McKinsey à Paris, non sans avoir auparavant refusé le poste de chef de l'exécutif que lui offre l'homme fort de la Côte d'Ivoire, le général Robert Guéï.

De 2002 à 2007, M. Thiam occupe plusieurs fonctions dirigeantes au sein de l'assureur britannique Aviva, avant d'en prendre la direction générale. Cependant, fait assez rare dans la finance, M. Thiam renonce à son poste de directeur général pour accepter celui de chef des finances du concurrent Prudential.

En 2009, le Franco-Ivorien, dont la presse britannique loue le charisme et le talent, est nommé directeur général de Prudential. Il devient le premier Noir à diriger l'une des 100 plus grandes sociétés britanniques cotées.

Brady Dougan, rescapé de la crise financière

Agé de 52 ans, marié et père de deux enfants, M. Thiam parle, outre le français, l'anglais, et l'allemand. «Avec Tidjane Thiam, c'est un leader remarquable et respecté, au bénéfice d'une réussite impressionnante dans l'industrie globale des services financiers qui reprendra la tête de notre banque», a ajouté M. Rohner.

Patron de Credit Suisse depuis 2007, Brady Dougan figure pour sa part au rang des rares dirigeants de grandes banques rescapés de la crise financière. L'Américain, dont la démission a souvent été évoquée, s'était encore récemment trouvé au milieu de la tourmente après l'amende de 2,8 milliards de dollars infligée par Washington au numéro deux bancaire helvétique dans le cadre du conflit fiscal.

Avant d'accéder au fauteuil de directeur général, l'Américain, né le 30 août 1959, faisait partie d'une jeune garde de banquiers placés à des postes clefs par Oswald Grübel. Ce dernier le fait ainsi nommer en mai 2005 chef de la division banque d'affaires (Investment Banking). A ce titre, il rejoint la direction générale de l'établissement.

(ats)

Brady Dougan, rare patron rescapé de la crise financière

Patron de Credit Suisse depuis 2007, Brady Dougan figure au rang des rares dirigeants de grandes banques rescapés de la crise financière. L'Américain, dont la démission a souvent été évoquée, s'était encore récemment trouvé dans l'oeil du cyclone après l'amende infligée par Washington au numéro deux bancaire helvétique dans le cadre du conflit fiscal.

Avant d'accéder au fauteuil de directeur général, l'Américain né le 30 août 1959 fait partie d'une jeune garde de banquiers placés à des postes clefs par Oswald Grübel. Ce dernier le fait ainsi nommer en mai 2005 chef de la division banque d'affaires. A ce titre, il rejoint la direction générale de l'établissement.

Au cours de sa longue carrière, Brady Dougan s'est forgé une réputation de gros travailleur. Egalement grand sportif, l'Américain court le marathon et effectue un jogging très matinal avant de rejoindre son bureau. Et de le quitter souvent tard le soir.

Lors de son accession à la tête de l'établissement, certains observateurs outre-Atlantique ont évoqué à son sujet «le plus suisse des banquiers américains», tant celui-ci ne fait pas étalage de sa réussite. Discret, l'homme se présente invariablement devant les médias vêtu d'un complet gris, chemise bleu ciel et cravate rouge.

Tidjane Thiam, un parcours brillant et mouvementé

Tidjane Thiam, futur directeur général de Credit Suisse et successeur de Brady Dougan, présente un parcours hors norme. Produit de l'élite ivoirienne, ce patron, qui possède aussi la nationalité française, a accompli une brillante carrière dans la City de Londres, faute d'avoir trouvé un poste à sa mesure en France. Agé de 52 ans, Tidjane Thiam s'est illustré il y a six ans en devenant le premier noir à diriger un groupe du FTSE-100, équivalent britannique du Swiss Market Index (SMI). Après une carrière fulgurante dans l'assurance, il figure aux dires du «Financial Times», parmi les «patrons les plus respectés de la City».

Pourtant, rien ne prédestinait au départ ce pur produit des grandes écoles françaises, à la haute silhouette et au sourire toujours tranquille sous sa paire de lunettes, à régner sur un des établissements les plus vénérables du Royaume-Uni et bientôt sur l'une des banques les plus puissantes de la planète.

L'action s'envole

Les investisseurs ont salué à leur manière l'annonce du départ en juin prochain du patron de Credit Suisse, Brady Dougan, ainsi que la nomination du Franco-Ivoirien Tidjane Thiam pour lui succéder.

Dans les premiers échanges à la Bourse suisse, le titre du numéro deux bancaire helvétique s'envolait de plus de 7%.

A 09h20, l'action Credit Suisse gagnait ainsi 7,63% par rapport à la clôture de la veille à 24,97 francs. Dans le même temps, l'indice Swiss Market Index (SMI) des 20 valeurs vedettes de la Bourse suisse s'appréciait de 0,34% à quelque 9077 points.

Ton opinion