VauD / Lyon (F) – Braquage de fou à Chavornay: c’est la fin de l’enquête
Publié

VauD / Lyon (F)Braquage de fou à Chavornay: c’est la fin de l’enquête

Les juges français viennent d’achever l’instruction de l’attaque retentissante d’un convoyeur de fonds, menée en 2018 par des malfrats lyonnais dans le canton de Vaud. Cinq iront aux assises.

par
Richard Schittly
Le fourgon de transfert de fonds avait été dévalisé sur ce parking à proximité de l' autoroute A1.

Le fourgon de transfert de fonds avait été dévalisé sur ce parking à proximité de l' autoroute A1.

VQH – Jean-Paul Guinnard

Les juges lyonnais viennent de boucler l’enquête sur une des plus retentissantes attaques de fourgon de transport de fonds perpétrées en territoire suisse. Cinq hommes sont renvoyés devant la Cour d’assises de Lyon, pour répondre de l’enlèvement de la fille d’un convoyeur de fonds, suivi du vol de 25,3 millions de francs suisses, le 8 février 2018 à Chavornay (VD). Le procès doit se tenir dans les prochains mois. Quatre autres complices, dont deux femmes, sont renvoyés devant le Tribunal correctionnel pour avoir aidé les malfrats, ou bénéficié de ressources injustifiées.

Fille séquestrée

«Une organisation millimétrée et pensée dans le détail, avec une coordination des différentes équipes nécessitant des repérages minutieux durant de longs mois aussi bien en France qu’en Suisse», dit l’ordonnance de mise en accusation des juges d’instruction, datée du 16 septembre. Trois malfaiteurs ont séquestré à Lyon la fille du convoyeur qui pilotait le fourgon, l’obligeant par téléphone à détourner son itinéraire, jusqu’à un parking où ont surgi des complices armés.

Le boss en cavale

Trois accusés, originaires de Vaux-en-Velin (F), présentent le profil de délinquants au lourd passé judiciaire. Celui qui est décrit comme «le principal organisateur de ce braquage» reste en cavale. Un autre a été condamné dans une affaire de recel, avec la découverte d’un lance-roquettes dans un box. Il est aussi impliqué dans un autre brigandage avec enlèvement des victimes. Le quatrième, 30 ans, un Kurde habitant dans la région d’Annemasse (F), n’est autre que le collègue du convoyeur, soupçonné d’avoir précisément renseigné les malfaiteurs. Enfin, un quadragénaire est suspecté d’avoir enterré une partie du butin dans son garage à Trévoux, dans l’Ain (F), pour aider ses amis d’enfance.

«Le partage s’est mal passé»

Une affaire maudite. Trois règlements de compte, commis entre juin 2020 et avril 2021 dans la région lyonnaise, sont directement liés au brigandage de Chavornay. Parmi les victimes : deux frères d’un accusé. Après les remords du convoyeur présumé complice, 605’000 francs suisses ont été retrouvés près du parking de Chavornay. Quelques mois plus tard, 2,4 millions étaient découverts dans l’Ain, sur dénonciation anonyme. Trois protagonistes ont révélé aux enquêteurs avoir subi séquestration et menaces. «Le partage s’est mal passé, certains sont devenus agressifs, ce qui a entraîné des réactions en chaîne», analyse un enquêteur spécialisé.

Le volet suisse de l’enquête

Neuf participants présumés sont renvoyés devant la justice lyonnaise, d’autres devraient répondre devant la justice suisse, notamment un loueur de voitures de luxe, suspecté d’avoir eu des contacts avec les malfaiteurs lyonnais et même participé à des repérages. Dans ce volet suisse, les enquêteurs se demandent si une précédente tentative d’attaque de fourgon, à Daillens (VD) en janvier 2017, n’était pas déjà une répétition du brigandage de Chavornay.

Ton opinion