Vie privée: Brave adopte son propre moteur de recherche
Publié

Vie privéeBrave adopte son propre moteur de recherche

Après l’attribution de jetons d’attention, le navigateur alternatif espère bientôt rémunérer ses internautes pour leurs requêtes anonymisées.

L’éditeur du navigateur lancé en 2016 revendique 26 millions d’habitués mensuels.

L’éditeur du navigateur lancé en 2016 revendique 26 millions d’habitués mensuels.

DR

Fini DuckDuckGo ou Startpage. Le navigateur Brave intégrera bientôt sa propre solution de recherche axée sur la préservation de la vie privée. Son éditeur a fait l’acquisition de Tailcat, moteur de recherche reposant sur un index complètement indépendant. Aucune adresse IP ni donnée personnelle ne serait collectée pour améliorer les résultats de recherche. Cette solution est issue de 7 ans de développement chez Cliqz, filiale du groupe Hubert Burda Media fermée en mai dernier. Cliqz avait embauché des chercheurs en sécurité externes pour tester le système, a déclaré Brendan Eich. Le patron et cofondateur de Brave est convaincu que les données saisies ne peuvent pas être retracées et empêchent donc de remonter à leurs auteurs.

«La quasi-totalité des moteurs de recherche actuels sont soit construits par, soit reposent sur les résultats des grandes entreprises technologiques»

Brave, communiqué de presse

Le moteur Brave Search devrait faire son apparition d’ici à l’été 2021. Les internautes sont déjà invités à solliciter un accès anticipé. Il fera la paire avec un navigateur qui est encore loin de faire de l’ombre à Google et ses 90% de parts du marché, selon les estimations du site Statcounter. Mais Brave fait son bonhomme de chemin avec 26 millions d’habitués mensuels et espère doubler ce chiffre à la fin de l’année. Son éditeur emploie désormais 115 personnes. Dans la feuille de route, il est mentionné des plans pour explorer l’utilité de son jeton d’attention de base (BAT) pour les moteurs de recherche. Cela compléterait sa plateforme publicitaire qui permet déjà de reverser 70% des revenus publicitaires aux utilisateurs de Brave ayant opté pour le système appelé Brave Rewards.

Pour mémoire, Brave fait partie de l’alliance qui promet de défendre les internautes contre la surveillance, le piratage et la censure. On y trouve ProtonMail (courriel) et ProtonVPN (réseau privé virtuel), Tresorit (partage de fichiers), Threema (messagerie), DuckDuckGo (moteur de recherche) et donc Brave.

Ton opinion

15 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

anonypage

04.03.2021, 08:46

Ça fait longtemps que j'utilise Brave et Tor avec duckduck, Google reste en arrière en cas de recherche pointue avec canvas. Une chose est certaine chrome est pas installé. En cette période sombre et bientôt encore plus sombre il va falloir s'adapter pour diminuer sa trace sur la toile, un peut comme un chinois qui veut voir de la video sur YouTube.

Ouèsava

04.03.2021, 08:36

Lorsque je lis "La quasi-totalité des moteurs de recherche actuels sont soit construits par, soit reposent sur les résultats des grandes entreprises technologiques" je tombe de ma chaise. Ces gens n'ont toujours pas compris que les grandes entreprises technologiques sont devenues grandes essentiellement car elles ont été les premières à offrir un service particulier ? Que serait Google sans son moteur, quelqu'un a une idée ? Vous savez qu'au début ses serveurs tournaient dans des "boîtiers" en Lego, dans le petit bureau de Brin et Page à Stanford ? A part ça, retrouver la tranquillité d'esprit et la précision d'Altavista me ferait plaisir, bien que je redoute de crouler sous la masse des réponses non filtrées. A voir.

EagleOne

04.03.2021, 07:33

Je l'ai installé pour essayer, vraiment un super navigateur, ultra-rapide et c'est parfait pour sortir de l'emprise de ces géants de l'informatique comme Google