Football: Breel Embolo: fracture du pied!
Actualisé

FootballBreel Embolo: fracture du pied!

L'attaquant suisse de Schalke 04 ne rejouera pas avant six semaines. Petkovic a de gros soucis avant d'affronter le Qatar et la Belgique.

par
Tim Guillemin
Lugano
Breel Embolo s'est blessé dimanche à Francfort.

Breel Embolo s'est blessé dimanche à Francfort.

Keystone

En pleine conférence de presse, lundi à la Villa Sassa à Lugano, Vladimir Petkovic grimace. Marco von Ah, chef de presse, vient de lui glisser un papier avec le diagnostic de la blessure de Breel Embolo: fracture au pied! «Voilà, je l'apprends en même temps que vous. Que puis-je dire de plus», grince le Mister, qui a appelé le Bâlois Dimitri Oberlin pour pallier le forfait de l'attaquant de Schalke.

Pas d'opération

L'un des médecins de l'équipe de Suisse est venu apporter quelques précisions un peu plus tard. «Breel a reçu un coup il y a deux semaines. Il souffre d'une fracture au deuxième os du métatarse. C'est pourquoi décision a été prise de le renvoyer à la maison. Il s'agit d'une blessure qui ne doit pas s'opérer. Il devrait être absent au maximum six semaines. Il existe donc une possibilité qu'il rejoue avant la trêve», a expliqué Damian Meli.

Un coup d'arrêt de plus pour l'attaquant, qui n'a pas été épargné par les blessures au cours de sa carrière - notamment au genou, il avait dû faire l'impasse sur la quasi totalité de la saison 2016/17. Il semblait s'être débarrassé de la scoumoune cette saison - deux buts en neuf apparitions en Bundesliga, un but en Ligue des champions -, mais cette fracture vient prouver le contraire.

Cette blessure est la dernière d'une série de forfaits qui inquiète fortement Vladimir Petkovic au début de ce rassemblement de novembre lors duquel la Suisse va affronter le Qatar (mercredi à Lugano) et la Belgique (dimanche à Lucerne). Fabian Schär (nez cassé) est là, mais il sera suspendu contre la Belgique. Johan Djourou, Stephan Lichtsteiner et Manuel Akanji sont forfaits, tout comme Roman Bürki et Admir Mehmedi. Le principal souci se situe donc en défense.

«Tout n'est pas parfait pour moi»

«Tout n'est pas parfait pour moi cette semaine, mais je dois rester optimiste. Les dix derniers jours ont été compliqués, mais l'effectif est là et maintenant, il faut travailler», a continué le Mister, qui ne sait pas non plus s'il pourra compter sur Ricardo Rodriguez et Nico Elvedi, qui souffrent tous deux de douleurs. «C'est sûr que tout le monde n'est pas à 100% ce lundi. On va travailler pour que le plus de monde possible soit rétabli pour mercredi et pour samedi», a ajouté Vladimir Petkovic, en étant évidemment bien conscient que la rencontre face à la Belgique est de très loin la plus importante des deux.

«Oui, c'est vrai, mais nous voulons gagner contre le Qatar pour bien nous préparer. Face à la Belgique, nous sommes outsiders sur le papier. Ils sont les favoris, mais nous avons réussi un bon match chez eux et nous avons accumulé de la confiance. Notre objectif est clair: participer au final four en juin prochain.» Pour y arriver, il faudra battre dimanche les Diables Rouges par deux buts d'écart ou sur le score de 1-0 (2-1 peut également être une option, suivant le résultat de Belgique-Islande jeudi).

Un autre souci pour Vladimir Petkovic réside dans l'état de la pelouse du Cornaredo, où la Suisse va s'entraîner et jouer mercredi face au Qatar. «Pour nous, notre style de jeu, il est très important d'avoir une pelouse acceptable pour ce match, ce que le FC Lugano n'a pas eu ce week-end. Tout le monde travaille beaucoup pour que ce soit le cas, que ce soit à la Fédération ou les gens de Lugano.» Pour assurer le coup, le Qatar et la Suisse s'entraîneront sur les terrains annexes du Cornaredo. Le Qatar pourrait même être «délocalisé» à Chiasso pour préparer le match.

Ton opinion