Clap de fin: «Bref» aura eu une très courte vie
Actualisé

Clap de fin«Bref» aura eu une très courte vie

Les créateurs de la mini-série de Canal + jettent l'éponge, de peur de faire «la saison de trop».

La série de Kyan Khojandi n'aura duré qu'une année.

La série de Kyan Khojandi n'aura duré qu'une année.

Le mini-format à succès «Bref», diffusé depuis près d'un an à la fois pendant le «Grand Journal» de Canal + et sur les réseaux sociaux, s'arrêtera définitivement le 12 juillet.

«Notre leitmotiv depuis le début était de surprendre, vous comme nous, et nous avons maintenant le sentiment, l'intime conviction que le dessin est fini et qu'il serait dommage de colorier la table», expliquent sur le site officiel de la série ses créateurs Kyan Khojandi (qui incarne le personnage principal), Bruno Muschio et Harry Tordjman.

«Nous avons grandi avec ces séries américaines qui bien souvent faisaient «la saison de trop» et nous ne voulions pas tomber dans ce piège que nous sentions venir», écrivent-ils, remerciant au passage les téléspectateurs ainsi que Canal + et le «Grand Journal» pour «la totale liberté» et la «confiance» qu'ils leur ont octroyés.

Avec beaucoup de rythme, «Bref» raconte la vie d'un trentenaire ordinaire au physique passe-partout: ses histoires de coeur, ses problèmes de famille, ses copains, son boulot... L'histoire du type le plus commun qui soit, mais racontée de la manière la plus drôle. Véritable phénomène dès la diffusion des premiers épisodes en août dernier, la série a également été très vite parodiée.

«Nous avons plein de nouvelles idées, plein de projets et nous espérons que vous en entendrez parler le moment venu. Ce n'est pas parce qu'un dessin est fini qu'on ne va pas sortir de nouvelles feuilles !», ajoutent-ils.

Cet arrêt intervient au moment où la chaîne prépare pour la rentrée une nouvelle version totalement remaniée du «Grand Journal», sans le «SAV» d'Omar et Fred, également suspendu pour un an en raison du départ d'Omar Sy à Los Angeles. (afp)

Suivez toute l'actualité des stars sur les réseaux sociaux avec «20 minutes»:

Ton opinion