Actualisé 11.03.2013 à 09:20

Swatch Group

Breguet, Blancpain et Jaquet Droz cartonnent

Les fleurons de prestige de Swatch Group, ont effleuré la barre du milliard de francs de chiffre d'affaires l'an dernier. Un seuil qui devrait être franchi cette année.

Plus de la moitié des ventes est générée par Breguet, précise Marc Alexander Hayek, représentant de la troisième génération de la famille du géant horloger biennois, qui chapeaute les trois marques. Toutes ont inscrit «une progression à deux chiffres», poursuit-il dans un entretien publié lundi dans le quotidien «Le Temps».

Et la performance aurait pu s'avérer plus belle encore. «Nous avons connu des difficultés au niveau de la production. Notre offre n'a pas pu répondre entièrement à la demande. Les capacités étaient trop limitées pour Breguet en début d'année et en deuxième partie d'exercice pour Blancpain. Produire davantage est une véritable gageure», explique Marc Alexander Hayek.

Tous les niveaux de la production rencontrent des difficultés. Engager de nouvelles forces vives ne suffit pas. «(...) il devient toujours plus compliqué de trouver le personnel adéquat. Ce phénomène ne touche plus seulement les horlogers qualifiés, mais dorénavant également les polisseurs et bien d'autres activités horlogères connexes», observe le petit-fils de feu Nicolas Hayek.

30 postes ouverts

Une trentaine de postes sont ouverts chez Blancpain et Breguet actuellement. La première marque haut de gamme, qui a écoulé plus de 20'000 montres l'an passé, compte actuellement 700 collaborateurs.

Breguet, la marque chérie de son grand-père, a atteint 30'000 pièces l'an passé, avec 900 personnes. Jaquet Droz dispose d'«un peu moins» d'employés et réalise 3000 garde-temps par an.

Après un bon début d'année, marqué par une croissance à deux chiffres, Marc Alexander Hayek a deux priorités pour l'exercice en cours: réduire les délais d'attente et étendre la présence de Breguet en Chine, qui jouit d'une moins grande notoriété que Blancpain dans l'empire du Milieu. «Il faut que cela change.»

Plutôt que d'ouvrir des magasins, il s'agit de «davantage rénover ou déplacer nos boutiques dans des endroits mieux placés dans les villes où nous sommes déjà présents». «Une quarantaine de boutiques par marque devrait être un maximum pour atteindre un quart du chiffre d'affaires total, ainsi que quelque 500 points de vente pour Blancpain et 450 pour Breguet.»

Plus globalement et à plus long terme, Marc Alexander Hayek ambitionne des croissances «de l'ordre de 10%». «Au moins pendant plusieurs années. Nous ne sommes qu'au début d'un long cheminement, qui reste très positif.» Pour Breguet en particulier, l'objectif est «de parvenir assez rapidement à un milliard de francs» de ventes, la limite au niveau de la production se situant entre 40'000 et 45'000 montres par an. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!