Analyse - Brélaz: «Ce sont les complotistes qui ont coulé la loi sur le CO₂»
Publié

AnalyseBrélaz: «Ce sont les complotistes qui ont coulé la loi sur le CO₂»

Pour l’écologiste vaudois, les opposants à la loi Covid-19 ont fait grimper la participation à quasi 60%. En se mobilisant en masse, et en votant non à tout, ils ont enterré la loi sur le CO₂.

par
Eric Felley
L’analyse des résultats montre une participation exceptionnellement haute pour ces votations. Selon Daniel Brélaz, elle est due à la mobilisation d’une catégorie inhabituelle de la population.

L’analyse des résultats montre une participation exceptionnellement haute pour ces votations. Selon Daniel Brélaz, elle est due à la mobilisation d’une catégorie inhabituelle de la population.

lematin.ch/felley

Le conseiller national Daniel Brélaz (Verts/VD) est notoirement connu pour ses analyses chiffrées des scrutins de toute nature. Premier élu écologiste à Berne, il était évidemment déçu dimanche soir du sort réservé à la loi sur le CO₂. Selon lui, les résultats montrent un double phénomène qui a coulé cette loi. «Premièrement, le calendrier ne nous a pas rendu service, soupire-t-il. Le fait de passer en même temps que les deux initiatives sur les pesticides nous a fait perdre entre 2 et 3%, mais pas davantage. On n’y peut rien, parfois on est bien servi, d’autres fois moins…»

Plus important que cet effet d’entraînement, que tout le monde a évoqué, le deuxième phénomène réside dans le vote de celles et ceux qu’il nomme «les complotistes»: «Dans ces votations est apparue une nouvelle catégorie de personnes, note-t-il, sans appartenance partisane très précise, qui s’opposait à la loi Covid-19. Ils ont fait passer un message sur les réseaux sociaux, qu’il fallait voter cinq fois non.»

Une surmobilisation de «serial neinsager»

Il fait remarquer que la participation du 13 juin est très élevée, près de 60%. Cela représente 9 points de plus que le 7 mars lors du vote sur l’interdiction de se dissimuler le visage (51,1%). Le 29 novembre dernier, lors du vote sur les multinationales responsables, la participation avait été de 47%. Pour lui, cela signifie qu’il s’est produit ce dimanche une «surmobilisation» des complotistes transformés en véritable «serial neinsager».

Tous les cantons n’ont pas été touchés de la même manière: «À Schwytz, par exemple, observe-t-il, le résultat a failli être cinq fois non, même aux mesures policières antiterroristes, alors que normalement c’est un sujet qui fait un bon résultat chez eux. À la fin, elles sont passées de justesse à 50,4%. Les cantons de Suisse centrale et les deux Appenzell ont connu ce phénomène». À Appenzell Rhodes-Intérieures, les mesures policières sont passées avec seulement 50,01% de oui, alors qu’en Valais, qui vote souvent la même chose, elles ont fait 65% de oui.

Des sondages tous trop hauts

S’il regarde les écarts entre les derniers sondages SSR ou Tamedia et les résultats finaux, Daniel Brélaz constate que tous les sujets ont fini plus bas. Les deux initiatives sur les pesticides d’environ 4%. La loi sur les mesures policières était donnée à 63%, elle a fini à 57%. La loi Covid-19 était à 69% chez Tamedia, elle a terminé à 60%: «Cette surmobilisation des complotistes a fait perdre entre 4% et 6% à la loi sur le CO₂, ce qui lui a été fatal», conclut-il.

Ton opinion

441 commentaires