«L'Expérience Blocher»: Bron parvient à se frotter à Blocher sans se piquer
Actualisé

«L'Expérience Blocher»Bron parvient à se frotter à Blocher sans se piquer

La voici donc, cette «Expérience Blocher» qui a fait couler beaucoup d'encre avant même sa sortie en salle.

par
Catherine Magnin

Pas le moindre scoop. Pas la moindre surprise. Jean-Stéphane Bron a beau avoir filmé Christoph Blocher dans sa salle de bain ou dans sa voiture, «L'Expérience Blocher» ne révèle aucun scoop politique, aucun secret intime.

Même quand il dépeint le tribun zurichois comme un vieux lion blessé, toujours rugissant mais vieillissant, solitaire dans les couloirs du Palais fédéral ou la piscine de sa maison, Bron ne met pas en scène Blocher. Son film n'est ni l'hagiographie ni la charge iconoclaste espérée ou redoutée par ceux qui font partie des admirateurs ou des détracteurs de Blocher. Les seuls égratignés, ce sont les journalistes! Mais alors, qu'est-ce donc que cette «Expérience Blocher»?

Citoyen lambda

Il faut chercher la réponse dans la voix off du réalisateur, qui s'interroge sur ce que l'émergence de Blocher dans le paysage suisse a changé. Son constat final est assez brutal: l'influence de Blocher est telle que son parti peut pérenniser les idées de son fondateur tout en pouvant se passer de lui!

Jean-Stéphane Bron réfléchit aussi sur sa démarche de citoyen lambda confronté à une bête politique dont il ne partage pas les idées. En évacuant la réaction d'amour-haine, «L'Expérience Blocher» ramène le politicien à un objet d'étude. Le regard du cinéaste sur lui est donc quasi scientifique, appelant à la raison, et non à la passion. Un regard citoyen, en somme?

«L’Expérience Blocher»

De Jean-Stéphane Bron. Avec Christoph Blocher.

Sortie le 30 octobre 2013

***

Ton opinion