Congrès du Labour: Brown admet des erreurs et promet de «mieux faire»
Actualisé

Congrès du LabourBrown admet des erreurs et promet de «mieux faire»

Le parti travailliste de Gordon Brown a lancé ce week-end son congrès annuel à Manchester.

L'impopulaire Premier ministre a reconnu des «erreurs» et promis de «mieux faire» pour regagner la confiance des électeurs. Plusieurs sondages donnent toujours les Tories largement en tête.

Interrogé dimanche en direct sur la BBC télévision, M. Brown, ancien ministre des Finances de Tony Blair, a une nouvelle fois défendu son bilan en matière économique, se posant comme le dirigeant le «plus apte» à aider son pays à surmonter la crise actuelle.

Il a reconnu avoir commis «des erreurs» depuis son arrivée au pouvoir en juin 2007, tout en se disant prêt à faire des efforts pour inverser la chute des travaillistes dans les sondages. Plusieurs membres du Labour le tiennent en grande partie responsable des déboires actuels du parti.

Démission exclue

Mais le Premier ministre a exclu toute démission face à la pression des dissidents qui ont demandé un vote sur son nom lors du congrès. «On ne serait pas à la hauteur des attentes des gens si on s'en allait subitement en disant «on jette l'éponge», a poursuivi le chef du gouvernement.

«En ces temps de crise financière internationale, il se trouve que j'estime être plus apte que peut-être n'importe qui à gérer tout cela», a-t-il déclaré. L'actuelle législature court jusqu'en mai 2010.

Alors que le congrès du Labour entamait sa deuxième journée, une nouvelle rafale de sondages est venue tempérer l'enthousiasme du Premier ministre. Selon une enquête de PoliticsHome.com pour l'»Observer», les travaillistes seraient laminés en cas d'élection générale, les conservateurs obtenant une majorité de près de 150 sièges à la chambre des Communes.

Selon un autre sondage Yougov publié par le «Sunday Times», 60% des membres du Labour estiment que leur parti ne peut gagner les prochaines élections avec Gordon Brown à leur tête. Lueur d'espoir pour M. Brown, une troisième enquête Comres publiée par l'»Independent on Sunday» crédite le Labour d'une légère remontée, réduisant à 12 points l'écart avec les Tories.

Don de J.K. Rowling

Le congrès se tient jusqu'à mercredi. Samedi, l'auteur de la saga des Harry Potter J.K. Rowling a annoncé un don d'un million de livres (2,02 millions de francs) au Labour. Le don de Mme Rowling, amie personnelle des Brown, tombe à point nommé pour le parti travailliste dont les dettes frôlent les 18 millions de livres (36,43 millions de francs).

Cerise sur le gâteau, la très populaire romancière a justifié son geste par son soutien à la politique sociale du Premier ministre. «Je pense que les familles pauvres et vulnérables s'en tireront beaucoup mieux avec le Labour qu'avec le parti conservateur de (David) Cameron», a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Front uni

Autre nouvelle rassurante pour un Premier ministre: le soutien affiché du ministre des Affaires étrangères David Miliband, souvent donné comme son successeur putatif.

«J'ai clairement dit que je ne pensais pas l'heure venue pour une élection à la tête (du Labour)», a dit le secrétaire au Foreign Office dans une interview au «Mirror», un tabloïd de gauche. «Il est temps de s'attaquer aux défis essentiels - c'est pourquoi l'heure est venue de nous rassembler», a-t-il aussi dit.

Un autre rival potentiel, le ministre de la Santé Alan Johnson, a lui aussi estimé que M. Brown, ancien ministre des Finances de Tony Blair de 1997 à 2007, était le mieux à même de diriger le parti, «pour le moment».

Même son de cloche de la part du ministre de la Justice Jack Straw, lui aussi donné comme un successeur potentiel. M. Brown est «l'homme qui peut nous emmener jusqu'aux prochaines élections et au- delà», a-t-il dit.

(ats)

Ton opinion