Actualisé 29.01.2019 à 14:46

«Samouni Road» Broyés par la guerre

Un documentaire épatant dresse le portrait d'une famille de paysans de Gaza, avant, pendant et après une attaque meurtrière.

de
Marine Guillain

Dans la périphérie rurale de Gaza, les membres d'une famille, les Samouni, se reconstruisent après la guerre qui les a décimés en janvier 2009. Au milieu des ruines et des champs détruits, femmes, hommes et enfants se souviennent. Mais aussi, ils avancent, et se préparent à célébrer la première fête depuis la tragédie.

Durant plus de deux heures, «Samouni Road» (œil d'or du meilleur documentaire au Festival de Cannes 2018) nous entraîne dans les profondeurs de l'horreur. L'Italien Stefano Savona («Tahrir, place de la Libération») a eu la fort bonne idée de ne pas se cantonner au statut de victime de ses sujets, mais d'aussi raconter leur histoire avant et pendant l'attaque israélienne, sous forme d'animation. Le tout avec un regard à hauteur d'enfant.

«J'ai compris qu'il fallait sortir de cette situation où on arrive toujours juste après, quand l'événement a déjà eu lieu et que les gens n'existent plus que sous le signe de cette horreur qui s'est abattue sur eux, explique le réalisateur. Tout ce qu'ils sont par ailleurs, tout ce qu'ils étaient avant et que dans une certaine mesure ils seront après, disparaît. Je voulais redonner aux Samouni une existence longue, cesser de les ensevelir tous, les vivants et les morts, sous le poids de l'événement fatal.»

Pari réussi: doté d'une grande force immersive et testimoniale, «Samouni Road» est saisissant, bouleversant. A noter qu'avant la sortie romande ce mercredi, le film sera projeté mardi à 20h au Capitole (Lausanne), en présence de Stefano Savona. Le cinéaste sera le lendemain aux Cinémas du Grütli à Genève.

«Samouni Road»

De Stefano Savona. Sortie mercredi 30 janvier 2019. ****

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!