Accord-cadre - Bruxelles serait prête à mettre de l’eau dans son vin
Publié

Accord-cadreBruxelles serait prête à mettre de l’eau dans son vin

Deux documents diplomatiques révélés par le «SonntagsBlick» suggèrent que la négociation de l’accord-cadre pourrait repartir sous le signe d’un compromis voulu par Bruxelles.

En avril, les divergences entre Berne et Bruxelles avaient donné un coup de frein aux négociations.

En avril, les divergences entre Berne et Bruxelles avaient donné un coup de frein aux négociations.

AFP

La négociation de l’accord-cadre entre la Suisse et l’Union Européenne (UE) était paralysée, mais pourrait se débloquer. C’est ce que suggère aujourd’hui le «SonntagsBlick», citant un e-mail daté du 3 mai, émanant de Stéphanie Riso, négociatrice de l’UE.

La position suisse y est décrite comme complexe, notamment sur la libre-circulation et la directive sur la citoyenneté. Selon la diplomate, la Suisse a l’intention d’introduire sept exceptions sur ce sujet. «Nous sommes néanmoins prêts à nous pencher sur ces sept points», écrit-elle dans ce courrier, envoyé à Michael Karnitschnig, directeur des relations extérieures au secrétariat général de la Commission européenne et à l’eurodéputé Andreas Schwab. «Pour voir si nous trouvons des solutions», indique ensuite Stéphanie Riso.

L’UE plus flexible?

Par ailleurs, un procès-verbal d’une visioconférence du groupe de travail de l’UE chargé des pays de l’AELE, qui s’est tenue mardi dernier, suggère également que l’UE pourrait être plus arrangeante. Le chef de la mission suisse auprès de l’UE à Bruxelles, Urs Bucher, y écrit que les représentants de la Commission européenne veulent laisser la porte ouverte à une solution de compromis. Une discussion sur cinq des sept points litigieux concernant la libre circulation serait possible.

En avril, la rencontre entre le conseiller fédéral Guy Parmelin et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avait fait grand bruit. Les divergences entre Berne et Bruxelles avaient donné un coup de frein aux négociations.

Autre scénario: l'arrêt des négociations

Cependant, il est possible que les événements se déroulent différemment. Le Conseil fédéral pourrait interrompre mercredi les négociations avec Bruxelles, selon la «SonntagsZeitung», qui cite plusieurs sources indépendantes. Un nouveau plan de stabilisation des relations pourrait voir le jour. Cette interruption ne serait pas rendue publique immédiatement, car elle doit d’abord être communiquée au siège de l’UE à Bruxelles.

(Ami)

Ton opinion