Actualisé 13.07.2012 à 14:34

BruxellesBruxelles veut faire contrôler les scooters

La Commission européenne a proposé vendredi de rendre les contrôles techniques obligatoires pour les scooters et les motos.

Les défauts techniques sont à l'origine de 6% des accidents.

Les défauts techniques sont à l'origine de 6% des accidents.

La Commission européenne a proposé vendredi de rendre les contrôles techniques obligatoires pour les scooters et les motos afin de limiter l'une des principales causes d'accidents mortels pour les jeunes européens. «Les conducteurs de moto et de scooter, surtout les jeunes pilotes, forment le groupe d'usagers de la route le plus à risque», a expliqué le commissaire en charge des Transports, Siim Kallas, en présentant ces propositions.

Trop de mort par négligence des contrôles techniques

Plus de 4.500 motocyclistes sont tués et plus de 25.000 grièvement blessés chaque année dans les pays de l'UE. Or 8% des accidents sont causés directement ou indirectement par des défaillances techniques, selon CARE, la base de données communautaire sur les accidents de la route.

Les conducteurs de vélomoteurs sont surreprésentés avec plus de 1.400 tués, dont 500 sont des jeunes âgés de 14 à 21 ans, dont certains sont peu soucieux de l'entretien de leur engin.

La proposition présentée par M. Kallas vise essentiellement ces jeunes mais, pour qu'elle puisse être recevable, elle doit inclure l'ensemble des deux roues, ont expliqué ses services. Elle répond en outre à une demande des Etats membres, qui ne parviennent pas à imposer de tels contrôles, ont-ils précisé.

Onze pays --France, Belgique, Bulgarie, Chypre, Finlande, Grèce, Irlande, Malte, Pays-Bas, Portugal et Roumanie-- ne contrôlent ni les scooters ni les motos.

Mais les premières critiques sont venues d'Allemagne, où la proposition de Siim Kallas a été dénoncée par l'ADAC (la fédération de clubs automobiles) comme «rien d'autre qu'un moyen de faire les poches des automobilistes allemands».

«Cette critique est infondée», s'est défendu le commissaire. «Nous voulons réduire les accidents de la circulation et nous avons pour mandat de proposer des règles ou des amendements aux règles existantes», a-t-il insisté.

«Il s'agit de questions transfrontières. Dans les villes, nous avons des immatriculations de tous les pays, et nous devons pour cela avoir une approche commune», a-t-il expliqué.

Le commissaire a toutefois reconnu que la vitesse, le non respect du code de la route et le mauvais état des routes étaient les principales causes des accidents mortels pour les deux roues, mais également pour les automobiles.

Les défauts techniques sont à l'origine de 6% des accidents

En plus des deux roues, la Commission souhaite renforcer les contrôles techniques des automobiles, en préconisant qu'ils soient menés tous les ans pour les voitures de plus de six ans, et en prenant en compte leur kilométrage.

Les défauts techniques sont à l'origine de 6% des accidents de voitures et de 2.000 morts chaque année. M. Kallas demande un premier contrôle technique quatre années après l'achat, puis un nouveau deux ans après et ensuite un contrôle annuel.

Seule la Lettonie a un régime de contrôles techniques plus strict, car elle l'impose chaque année dès l'achat d'une voiture ou d'une moto. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!