Lausanne (VD): Budget 2015: le «petit miracle vaudois»
Actualisé

Lausanne (VD)Budget 2015: le «petit miracle vaudois»

Un projet de budget 2015 équilibré pour la neuvième année consécutive, avec des charges en hausse et un amortissement express de la recapitalisation de la Caisse de pensions.

Le conseiller d'Etat Pascal Broulis s'exprime lors de la présentation devant la presse du projet de budget du canton de Vaud pour 2015, jeudi, à Lausanne (VD).

Le conseiller d'Etat Pascal Broulis s'exprime lors de la présentation devant la presse du projet de budget du canton de Vaud pour 2015, jeudi, à Lausanne (VD).

Un budget 2015 équilibré pour la neuvième année consécutive, avec des charges en hausse et un amortissement express de la recapitalisation de la Caisse de pensions (CPEV): le conseiller d'Etat Pascal Broulis a présenté jeudi le «petit miracle vaudois».

Mais il n'est pas sans inquiétudes pour la suite.

Le projet de budget table sur un excédent de revenus de 26 millions de francs. Les charges s'établissent à 9,24 milliards de francs, en hausse de 317 millions. En retranchant le financement d'une nouvelle part de 65 millions pour la recapitalisation de la CPEV, l'augmentation des dépenses s'élève à 2,83%.

Le conseiller d'Etat s'est félicité que son canton soit «capable de fixer des priorités et de les financer». Le budget prévoit à nouveau de fortes hausses dans les domaines du social ( 4,7%), de la santé ( 4,8%), de la formation ( 2,3%) et de la sécurité ( 5,1%, notamment pour les prisons, la police et les tutelles), en grande partie liées à la croissance démographique.

Economie florissante

Vaud doit ce «petit miracle» à la santé florissante de son tissu économique diversifié. «Grâce à la bonne marche de l'économie, nous pouvons financer notre croissance budgétaire. Ce qui n'est pas le cas de tous les cantons», a relevé Pascal Broulis.

Vaud a les moyens d'accompagner cette croissance. En terme d'effectifs, cela se traduit par la création de 275 postes supplémentaires dans la fonction publique, qui comptera désormais 16'409 ETP (hors CHUV, UNIL et HEP notamment).

Recettes fiscales en hausse

Les investissements nets devraient atteindre 422 millions de francs, un chiffre qui a doublé par rapport à 2009. Le canton continue à tabler globalement sur des revenus en croissance (3,6%), boostés surtout par les recettes fiscales (5 %).

Le grand argentier a souligné la forte progression de l'impôt sur la fortune (12,6%) et de l'impôt à la source (11,8%), dont s'acquittent les permis B et les frontaliers. L'imposition à la source devrait rapporter 274 millions de francs en 2015. «Il y a quelques années, nous en étions à 100 millions», a-t-il dit.

Les incertitudes inquiètent

Reflet de la conjoncture favorable, l'impôt sur les entreprises est toujours en croissance: le canton table sur une hausse de 5,2% de l'impôt sur le bénéfice et de 9,6% de celui sur le capital. Mais les incertitudes liées au vote du 9 février sur l'immigration et la future réforme de l'imposition des entreprises inquiètent.

Les scrutins annoncés sur l'imposition des successions (qui représenterait une perte de 70 millions pour Vaud) et l'abolition de l'impôt à la dépense pour les riches étrangers (- 105 millions), contribuent à assombrir l'avenir. «Des gens s'organisent pour quitter la Suisse. Il y a plein d'endroits prêts à les accueillir», a relevé Pascal Broulis.

Départ d'entreprises

Le conseiller d'Etat redoute le départ d'entreprises. «Il y a des démarchages tous les jours. Les entrepreneurs ont besoin de stabilité», a-t-il commenté. Il craint aussi que les incertitudes ne freinent l'installation de nouvelles sociétés. «Il n'y a plus d'annonces de nouvelles arrivées. Le stock ne gonfle plus», a-t-il dit. (ats)

Déficit pour Zurich

Le budget 2015 du canton de Zurich prévoit un déficit de 191 millions de francs pour des dépenses totales de 14,845 milliards de francs. Une nette réduction des déficits est attendue les années suivantes. Le retour dans les chiffres noirs devrait avoir lieu en 2018.

Les recettes se montent à 14,654 milliards de francs, a indiqué jeudi le département des finances. Les recettes fiscales devraient progresser de 2,2% (150 millions de francs) par rapport au budget 2014, avec un coefficient d'impôt inchangé.

Ton opinion