GP de Chine: Buemi, 10e en qualifications et espoir comblé
Actualisé

GP de ChineBuemi, 10e en qualifications et espoir comblé

L'espoir suisse Sébastien Buemi paraissait comblé après avoir réalisé une très belle performance samedi à Shanghai, qualifiant sa Toro Rosso en dixième position, parmi les ténors de la discipline, pour le Grand Prix de Chine dimanche.

«Bravissimo Buemi ! Troisième course. Première Q3.» L'écurie Toro Rosso n'a pas caché sa joie après la performance de son débutant, 7e en Australie pour son premier Grand Prix. En Malaisie, Buemi, qui avait connu plusieurs problèmes mécaniques, avait réalisé une course quelconque.«Tu me rappelles quelqu'un», lui a glissé Christian Horner, le patron de Red Bull, tout en lui faisant une petite tape sur l'épaule. La référence à Sebastian Vettel, qui a explosé chez Toro Rosso en 2008 -- il a notamment gagné le GP d'Italie l'an passé -- et s'affirme cette saison chez Red Bull est évidente.Buemi voit son avenir avec gourmandise. «J'ai envie de faire la même chose. Je vois que j'en suis capable. Ensuite, il faut confirmer et continuer à travailler», a-t-il estimé.«Très content» de sa «super» journée, le Suisse ne se voyait pas aussi vite en haut de l'affiche. «Passer en Q3 n'était pas calculé. On en a juste parlé. On s'est dit: «Et si on passe en Q3, on fait quoi ?». J'ai répondu que ce n'était pas Noël tous les jours», a-t-il raconté.«Plus qu'espér黫Mais on a quand même ébauché une stratégie. Et au final, on va en Q3. C'est plus qu'espéré», a-t-il admis.Sûr de lui, Buemi refuse d'être trop optimiste. «Les podiums ? Ils peuvent vite venir, ou pas. Il suffit qu'il y ait trois accidents ou qu'il pleuve pour que cela arrive. Nous, on part déjà dans le but de marquer des points. Ce qu'il y aura en plus, ce sera déjà du bonus», a-t-il affirmé.La performance est d'autant plus remarquable que son coéquipier, le Français Sébastien Bourdais, finalement 15e, mais éliminé en Q1, a été largement distancé après avoir commis «une grosse faute» lors de son dernier tour qualificatif.«En Malaisie, c'était le contraire. En Chine, sur le papier, il avait l'air loin devant. Et ce n'était pas le cas. Mais c'est bien d'être devant, il n'y a pas de question là-dessus. Ca évite des problèmes avec le chef d'équipe si on bat le coéquipier», a observé Buemi.L'heure de qualifications est divisée en trois parties. Dans la première (Q1), toutes les voitures sont en piste durant 20 minutes. Seules les 15 meilleurs temps restent en piste pour la deuxième phase (Q2), qui dure 15 minutes. Enfin, les 10 meilleures voitures luttent pour la pole position durant 10 minutes dans la troisième phase (Q3). (afp)

Ton opinion