Actualisé 15.12.2015 à 07:17

CFFBugs et wagons bondés au menu du nouvel horaire

La mouture 2016 de l'ex-régie fédérale a passé lundi son premier vrai test. Plusieurs points noirs ont été soulevés par nos internautes.

de
Francesco Brienza

Le train vous est passé sous le nez hier matin? Vous n'êtes pas les seuls. L'introduction du nouvel horaire des CFF a connu son traditionnel lot de pépins aux heures de pointe. Sur notre site web, plusieurs internautes ont dénoncé des temps de parcours rallongés, des correspondances rompues ou des rames archibondées en Suisse romande. Par exemple entre Delémont et Porrentruy.

«C'était déjà limite avant le changement, mais là, plus personne ne pouvait entrer dès le deuxième arrêt, c'est honteux», s'indignait un lecteur jurassien. Idem entre Cossonay (VD) et Lausanne, à 7h40. «On était debout et coincés, note une pendulaire fâchée. Impossible de bouger durant un bon quart d'heure!» Enfin, des retards ont été constatés entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds.

«Plus de gagnants que de perdants»

Beaux joueurs, les CFF reconnaissent que des ajustements sont à apporter. «Globalement, l'horaire a été tenu, indique Donatella Del Vecchio, porte-parole de la compagnie. Mais les observations sont en cours et de petits réglages seront effectués.» La communicante affirme en revanche qu'il n'y a pas de suroccupation des rames: «Les gens montent tous en milieu de convoi, alors qu'il y a de la place dans les extrémités.» Et l'attachée de presse de préciser que la cadence à la demi-heure sur la ligne du pied du Jura était attendue depuis longtemps.

Quelque 180 assistants ont été déployés en Suisse romande pour accompagner les voyageurs dans leurs changements d'habitudes. En outre, l'ex-régie fédérale recommande à ses clients de bien consulter le nouvel horaire. «Il y a plus de gagnants que de perdants!» assure Donatella Del Vecchio.

L'école adapte son programme de cours

Directement touchée par le nouvel horaire des CFF, la Haute Ecole d'ingénierie et de gestion du canton de Vaud (HEIG-VD), sise à Yverdon-les-Bains, a pris une mesure drastique. Dès la rentrée de février prochain, le planning des cours sera adapté aux arrivées des trains.

«C'était un changement impossible à opérer immédiatement en cours de semestre, indique Didier Gern, responsable de l'administration générale. Mais toute l'optimisation est déjà organisée.» Les étudiants ont aussi été informés.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!