Crédit de secours: Bush à la rescousse du secteur automobile américain
Actualisé

Crédit de secoursBush à la rescousse du secteur automobile américain

Le président George W. Bush a annoncé vendredi que le gouvernement américain allait garantir des prêts à hauteur de 15 milliards de francs aux constructeurs automobiles en difficulté, qui devront en contrepartie présenter des plans de restructuration.

«Laisser les entreprises s'effondrer n'est pas un moyen d'action responsable», a-t-il souligné lors d'une allocution à la Maison Blanche. Une faillite porterait en outre un «coup inacceptable» à l'économie américaine, a ajouté le chef de la Maison Blanche.

Un haut responsable de son administration a précisé que 13,4 milliards de dollars (14,9 milliards de francs) seraient disponibles dès ce mois de décembre et en janvier 2009. Sur cette somme, 9,4 milliards de dollars (10,4 milliards de francs) seront versés à General Motors et quatre milliards (4,5 milliards de francs) à Chrysler.

Confrontés à l'effondrement du marché automobile aux Etats-Unis, General Motors et Chrysler ont averti qu'ils seraient prochainement à court de liquidités et couraient à la faillite sans aide de l'Etat fédéral. Ford n'a pas demandé d'aide immédiate, mais a annoncé comme GM et Chrysler des mesures de chômage technique en janvier, avec des fermetures temporaires de sites.

Outre ces 13,4 milliards de dollars, une enveloppe de quatre milliards viendrait ensuite s'ajouter à ce montant, selon un haut responsable de l'administration Bush.

En contrepartie de l'aide fournie, l'industrie automobile devra présenter d'ici le 31 mars des plans de restructuration, sous peine d'avoir à rembourser les prêts, a expliqué George W. Bush. «Le moment est venu de prendre des décisions difficiles pour devenir viable, ou le seul autre choix sera la faillite. Les constructeurs et les syndicats doivent comprendre ce qui est en jeu et prendre les difficiles décisions nécessaires pour réformer», a-t-il souligné. (ap)

Ton opinion