Actualisé 15.09.2007 à 05:04

Bush défend sa décision contestée sur les effectifs américains

Le président George W. Bush a défendu samedi sa décision contestée de procéder à un retrait partiel des troupes américaines déployées en Irak sans s'engager à un repli plus large.

Il a invoqué à nouveau les dangers représentés par Al- Qaïda et l'Iran.

Dans son allocution radiophonique hebdomadaire, il a cependant invoqué les progrès de la sécurité en Irak, qui permettent de faire revenir au moins 21 500 hommes d'ici à l'été 2008, et a ajouté que «plus nous réussirons, plus grand sera le nombre de soldats qui pourront rentrer».

Ses adversaires démocrates se sont indignés d'une décision qui signifie selon eux un engagement sans fin, et essaient de rallier les amis républicains de M. Bush qui sont réservés sur ses plans pour forcer la main du président.

«Extrémistes encouragés»

Mais, a dit M. Bush, «le succès d'un Irak libre est crucial pour la sécurité des Etats-Unis. Si nous étions poussés hors d'Irak, les extrémistes de tous bords se verraient encouragés».

«Un échec irakien augmenterait les risques que nos forces aient un jour à retourner dans la région pour faire face à des extrémistes encore plus profondément retranchés et encore plus dangereux», a-t-il dit.

«Au contraire, un Irak libre privera Al-Qaïda de sanctuaire. Il contrera les ambitions destructrices de l'Iran. Et il sera un partenaire dans le combat contre le terrorisme», a-t-il dit.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!