Publié

Indonésie«Bye bye la famille. On rentre à la maison»

Les proches des victimes du crash survenu samedi au large de Jakarta attendent un miracle. Parmi les 62 disparus se trouvent deux enfants et leur maman: Rathi avait posté une photo sur Instagram peu avant le drame.

Rathi Windania rentrait de trois semaines de vacances avec ses enfants.

Rathi Windania rentrait de trois semaines de vacances avec ses enfants.

Instagram

Elle avait hâte de rentrer chez elle. Samedi, Rathi Windania a embarqué à bord du Boeing 737-500 de la compagnie indonésienne Sriwijaya Air avec ses deux enfants et ses parents. Avant le décollage, l’Indonésienne a posté sur Instagram la même photo qu’elle avait déjà publiée au moment de son départ en vacances. Tout sourire, Rathi pose avec ses deux enfants: «Bye bye la famille. Nous rentrons à la maison maintenant», a-t-elle légendé, ajoutant deux smileys envoyant des baisers.

La mère de famille et ses deux enfants devaient regagner Pontianak après trois semaines de séjour dans la capitale, écrit le «Sun». Dès qu’il a appris que l’avion avait disparu des écrans radars, le frère de Rathi s’est précipité vers l’aéroport de Jakarta samedi soir, dans l’espoir d’obtenir des informations sur sa sœur, ses parents et ses neveux et nièce. «Nous nous sentons impuissants, nous ne pouvons qu’attendre et espérer avoir des nouvelles bientôt», confie Irfansyah Riyanto. Selon lui, sa famille avait prévu de prendre un vol plus tôt, mais un changement de plan inexpliqué l’a conduit à sa perte.

«Je lui ai demandé en plaisantant de prier beaucoup»

«C’est moi qui les ai emmenés à l’aéroport, qui les ai aidés à enregistrer les bagages… Je n’arrive toujours pas à y croire, c’est arrivé si vite», témoigne Irfansyah Riyanto. Les plongeurs indonésiens ont repêché dimanche une grande quantité de morceaux d’avion, de débris et des restes humains dans la zone du crash. Soixante-deux personnes, dont dix enfants, se trouvaient à bord.

Le frère du copilote, Diego Mamahit, explique que les autorités lui ont demandé un échantillon de sang afin d’aider à l’identification de la victime. «Je crois que mon frère a survécu, c’est juste pour la procédure. Diego est un homme bien. Nous pensons encore qu’il a survécu», assure Chris. De son côté, Rafiq Yusuf Al Idrus confie avoir eu un dernier contact avec sa femme via WhatsApp: «Elle m’a contacté en rigolant. Elle était en train d’embarquer et me disait que les conditions météo n’étaient pas bonnes. Je lui ai demandé en plaisantant de prier beaucoup», témoigne-t-il.

(joc)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!