Actualisé 14.09.2012 à 10:10

Suisse

«C'est comme si l'UDC était hantée!»

L'annonce du burn-out de la zurichoise Nathalie Rickli, jeudi, constitue la cinquième mauvaise nouvelle en quatre jours à propos d'un membre du parti agrarien.

de
Olivia Fuchs

La semaine a été dure pour l'UDC. Lundi, l'ancien candidat au Conseil fédéral Bruno Zuppiger a décidé de jeter l'éponge et de se retirer du Conseil National avec effet immédiat. Il est soupçonné de gestion déloyale et de détournement de fonds alors qu'il agissait comme exécuteur testamentaire d'une employée décédée.

Manque de professionnalisme

Mais les mauvaises nouvelles concernant des membres du parti agrarien ne faisaient que commencer. Mardi, le «Tages-Anzeiger» a révélé que Christoph Mörgeli, ténor de l'UDC et historien de la médecine, se faisait reprocher un manque du professionnalisme de la part de son patron à l'Université de Zurich. Le politicien ne prendrait pas assez soin d'une collection d'objets et d'ossements humains mondialement connue.

Faux titre de docteur

Mercredi, l'UDC zurichois Toni Bortoluzzi a profité de la faiblesse de son rival Mörgeli pour lui envoyer la vanne suivante: «Mörgeli doit démissionner et aller dépoussiérer ses os à Zurich», pouvait-on lire dans «Blick». A la suite de cet épisode, Christoph Blocher a passé un savon aux deux conseillers nationaux en guerre. Le même jour, le «Tages-Anzeiger» a découvert que la conseillère nationale Yvette Estermann (UDC/LU) portait à tort son titre de docteur. Originaire de Slovaquie, la politicienne a bel et bien réussi ses études de médecine avec succès à Bratislava. En revanche, elle n'a pas été obligée d'écrire une thèse de doctorat, comme c'est le cas en Suisse.

Burn-out

Le lendemain, le conseiller national socialiste Cédric Wermuth a joué les prophètes en postant le tweet suivant: «Actuellement, c'est LE sujet de conversation: Quel membre de l'UDC va craquer aujourd'hui?» Quelques heures plus tard, Nathalie Rickli (UDC/ZH) a fait savoir sur Facebook qu'elle souffrait d'un burn-out.

«On se demande si le parti de droite est suffisamment bien construit et représenté. A l'exception de Nathalie Rickli, les autres sont tous responsables de leurs torts», estime l'expert en politique Michael Hermann. «C'est comme si l'UDC avait été hantée», a-t-il raconté à «20 Minuten».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!