C'est la guerre entre 50Cent et Alicia Keys
Actualisé

C'est la guerre entre 50Cent et Alicia Keys

La chanteuse américaine a mis le rappeur hors de lui en affirmant que le «gangasta rap» est «une création du gouvernement américain». Il lui a violemment répondu par médias interposés.

C'est lors d'une interview à paraître dans le numéro de mai du magazine Blender qu'Alicia Keys a tenu les propos controversés. Elle y déclare: «le (mouvement) gangsta rap a été un stratagème mis au point pour faire en sorte que les Noirs s'entretuent. Ce mouvement n'existait pas auparavant».

Les polémiques consécutives à l'annonce du contenu de cette interview a poussé la chanteuse a s'expliquer sur cet entretien: «Mes propos sur le gangsta rap ne voulaient en aucun cas suggérer que le gouvernement était responsable de la création de ce genre de rap», a répliqué Alicia Keys dans un communiqué de sa maison de disque, J Records.

«Ce que j'ai voulu dire, c'est que le terme était surexploité par certains médias, générant des réactions pas toujours positives. La plupart des textes de gangsta rap mettent en avant les problèmes rencontrés les artistes du genre et je pense que la plupart d'entre nous, dont nos dirigeants, devraient en fait plus évoquer les problèmes tels que la drogue, la violence des gangs et les autres problèmes de société», a-t-elle continué.

Le mal étant fait, 50Cent se sentant directement concerné par les propos d'Alicia Keys a répondu dans une autre interview: «Je n'aime plus Alicia Keys, pour la même raison que je n'aime pas Oprah Winfrey. Je n'aime pas les gens qui ne m'aiment pas. Si vous n'aimez pas le contenu de mes textes, qui sont pour la plupart basés sur mes expériences personnelles, je n'y peux rien, tant pis pour vous. Je suis qui je suis. Si elle n'aime pas ça, tant pis pour elle; je déteste sa musique classique de merde, quand je l'écoute je ne ressens rien. J'ai été très déçu par ses propos en particulier sur le fait qu'elle parle d'un sujet qu'elle ne connaît même pas».

Star multi-platine, Alicia Keys n'a pas grandi dans le ghetto, mais a reçu très tôt une vraie éducation musicale, apprenant notamment à jouer du piano.

(fab/ap)

Ton opinion