Kad Merad: «C'est la première fois que je dis oui à une série télé»
Actualisé

Kad Merad«C'est la première fois que je dis oui à une série télé»

«Dans «Baron Noir», Kad Merad incarne un homme politique qui veut prendre sa revanche contre celui qui l'a trahi pour gagner une élection.

par
Julienne Farine

Pour ses débuts dans le monde des séries, l'acteur français a choisi une création originale de Canal+ et bien lui en a pris. Il est épatant en député-maire de Dunkerque qui chercher à faire tomber l'homme qui l'a abandonné.

Qu'est-ce qui vous a plu dans «Baron Noir»?

Je n'avais encore jamais joué un tel personnage. J'ai été convaincu par le scénario et par le metteur en scène, Ziad Doueiri. Ce n'est pas que jouer un homme politique m'intéressait particulièrement, mais comme je suis un homme curieux, j'aime bien vivre des choses nouvelles.

Ce n'est pas la première fois qu'on vous propose une série.

Non, mais c'est la première fois que je dis oui. Je me suis vraiment attaché et intéressé à ce projet de Canal+. Je le trouvais nouveau, ambitieux, fort et avec un personnage très intéressant.

Comment vous êtes-vous préparé pour ce rôle?

Je me suis créé mon propre homme politique. Je me suis un peu inspiré de ma vie, de mes copains, de ma famille. Je n'ai pas cherché à un imiter un homme politique, d'ailleurs je crois qu'il ne ressemble à aucun d'eux. La politique est un monde que je ne connais pas. Ne me demandez pas d'en parler, je n'y connais rien.

Ça ne vous intéresse pas?

Je ne crois pas, non. Je pense que c'est très compliqué d'y trouver son compte, d'arriver à épouser une cause, une idéologie. J'ai l'impression que c'est très complexe, qu'il faut beaucoup de temps et je n'en ai déjà pas assez pour ma famille.

En tant que citoyen, vous vous sentez concerné par la politique?

Oui, comme tout le monde, mais c'est personnel, c'est intime. Je vote, bien sûr!

Le fait d'avoir joué un homme politique, d'avoir vécu ce tournage, ça a changé votre regard sur ce qui se passe en France?

Pas tellement. J'ai fini de tourner la série, je suis très heureux des critiques et très content d'avoir incarné ce garçon, de lui avoir donné vie et de l'avoir créé, mais ça s'arrête là. La politique continue de passer à la télé, avec des hommes et des femmes qui se battent les uns contre les autres, c'est compliqué.

Vous n'avez pas l'habitude des tournages de séries. Comment l'avez-vous vécu ?

Bien, heureusement. Le rôle est très intéressant. Quand vous êtes 96 jours sur 100 sur le plateau, ce n'est que vous. Si vous n'avez pas de plaisir, pas de passion, ce n'est même pas la peine, il faut rentrer chez soi. J'ai eu des journées difficiles, avec des textes très compliqués à apprendre. J'ai eu des moments de découragement. Et j'avais un metteur en scène qui est un génie, qui sait entraîner les gens, qui ne les laisse jamais tomber.

«Baron Noir»

Dès le lundi 8 février 2016, 21h, Canal+

Ton opinion