Actualisé

Recherche d'emploi en SuisseC'est le lundi et le mardi qu'on cherche un job

Le trafic sur les sites de recherche d'emploi est particulièrement intense en début de semaine durant les heures de travail, révèle une récente étude.

par
Nikolai Thelitz/ofu
1 / 5
Une récente étude montre: c'est en début de semaine pendant les heures de travail que le trafic est le plus intense sur les sites de recherche d'emploi.

Une récente étude montre: c'est en début de semaine pendant les heures de travail que le trafic est le plus intense sur les sites de recherche d'emploi.

Colourbox.de
Entre 9h et 11h, les plateformes sont le plus visitées. En revanche, le nombre de clics effectifs sur les annonces est le plus marqué à 14h.

Entre 9h et 11h, les plateformes sont le plus visitées. En revanche, le nombre de clics effectifs sur les annonces est le plus marqué à 14h.

L'étude révèle aussi que c'est le lundi et le mardi que les sites enregistrent le plus de visites. Les clics, en revanche, sont les plus nombreux le mardi tandis que les annonces sont le plus souvent publiées le vendredi par les entreprises.

L'étude révèle aussi que c'est le lundi et le mardi que les sites enregistrent le plus de visites. Les clics, en revanche, sont les plus nombreux le mardi tandis que les annonces sont le plus souvent publiées le vendredi par les entreprises.

Si vous avez décidé ce lundi matin de changer enfin de job et de trouver un nouveau poste, vous n'êtes de loin pas le seul. Une récente étude de la Haute Ecole zurichoise en sciences appliquées (ZHAW) et de JobCloud, qui gère notamment les sites jobup.ch et jobs.ch, le démontre: c'est entre 9h et 11h que le trafic sur les portails de recherche d'emploi est le plus important, surtout le lundi et le mardi. Reste à noter que c'est à 14h que le plus grand nombre de clics sur les annonces a été enregistré. «Nos chiffres révèlent également que les gens sont particulièrement nombreux à chercher un poste en janvier», explique à «20 Minuten» Rebekka Hänggi de Jobcloud.

En Suisse, on clique par ailleurs davantage sur des annonces de postes de managers qu'à l'étranger. Ainsi, 22% des clics issus de Suisse concernent ce type de postes. Seuls 14,7% de ceux venant d'Allemagne visent les emplois de cadres. En revanche, 55,2% des Allemands cliquent sur des annonces de postes de spécialistes. Ce taux s'élève à 57,7% dans les autres pays alors qu'il n'est que de 46,9% en Suisse.

Chercher du travail «par frustration»

«Les étrangers viennent en Suisse parce que l'économie a besoin d'eux. Et c'est surtout le cas au niveau des postes spécialisés», explique Frank Hannich de la ZHAW, l'auteur de l'étude. Certains résultats l'étonnent néanmoins: «Nous n'aurions pas pensé qu'autant d'utilisateurs surfent sur les sites de recherche d'emploi pendant les horaires de travail.»

Selon lui, plusieurs facteurs peuvent expliquer ce comportement. «Du moment qu'une personne a décidé de chercher activement du travail, cela deviendra une priorité pour elle. Elle voudra donc se consacrer à cette tâche en début de journée ou alors en début de semaine.» Frank Hannich note aussi que c'est durant le travail que les gens pensent le plus intensément à un changement de poste alors que durant le temps libre d'autres choses sont bien plus importantes: «Si l'on est confronté dès lundi matin à une situation ou une activité insatisfaisante, certaines personnes n'hésiteront sans doute pas à chercher un autre travail par frustration.» En ce qui concerne les personnes au chômage, l'auteur de l'étude pense qu'elles préfèrent elles aussi chercher du travail le matin afin de s'acquitter en premier de cette tâche.

Ordinateurs appréciés pour consulter les annonces

Frank Hannich précise que le support joue lui aussi un rôle déterminant: «Durant le travail, on est souvent installé devant un ordinateur, alors que pendant son temps libre on utilise plutôt les smartphones ou les tablettes. Or, lorsqu'on clique sur une annonce cela se fait à plus de 80% depuis un ordinateur.»

Pour finir, l'auteur note que «le vendredi est le jour le plus apprécié des entreprises pour mettre en ligne des annonces. Près d'un quart de celles-ci sont publiées ce jour-là par les firmes.»

Monsieur Schmid*, pourquoi c'est le lundi que la majorité des Suisses cherchent un nouveau travail?

Tout d'abord, je tiens à rappeler que de manière générale en Suisse les gens ne sont pas très satisfaits de leur travail. De nombreuses personnes se plaignent de leur job. Le week-end, elles le font auprès de leur partenaire ou de leurs amis, qui leur disent peut-être: «Fais quelque chose pour changer ça.» Les personnes concernées se rendent alors à leur travail lundi matin avec pleins de bonnes intentions et se mettent à surfer sur les sites de recherche d'emplois.

Le lundi est, de tout façon, un jour pas très apprécié. Est-ce que ça joue un rôle?

Je pense que les lundi il faut moins d'incitations pour se mettre à chercher du travail. On est davantage irritable parce que le week-end vient de se terminer et qu'on a toute la semaine devant soi. Parfois, une déclaration du patron, une séance ennuyeuse ou une tâche laborieuse suffisent pour qu'on ait envie de cherche quelque chose d'autre.

Selon vous, ces pratique est-elles bonnes pour la carrière professionnelle?

Je déconseille d'accepter un nouveau poste par frustration. Mais la plupart des gens qui cherchent un emploi le lundi le font uniquement pour soulager cette frustration. Si l'on veut changer quelque chose, il faut y penser de manière plus longue et réfléchie.

*Reinhard Schmid est coach professionnel à l'institut S&B à Bülach (ZH)

Méthodologie

Les données de l'étude ont été obtenues sur les deux sites jobup.ch et jobs.ch. Selon JobCloud, propriétaire des deux plateformes, l'analyse fait office de précurseur en Suisse puisque l'étude n'a pas pris en compte les opinions ou les intentions, mais les comportements réels des utilisateurs lors de la recherche d'emploi.

Le mois de juin 2016 a été choisi comme période d'observation parce qu'il a permis de rassembler un grande nombre de données et qu'il est considéré comme particulièrement représentatif pour toute l'année 2016, note Mathias Steger de JobCloud. En Suisse alémanique, 24'040 offres d'emploi ont été prises en compte contre 8053 en Suisse romande. Du côté alémanique, 13'246'658 clics sur les offres ont été comptabilisés. Ils sont au nombre de 11'014'922 en Suisse romande.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!