Actualisé 27.11.2019 à 11:21

Genève

C'est mal parti pour le numérique à l'école

Une commission parlementaire a largement refusé le projet du Département de l'instruction publique d'équiper l'école obligatoire de tablettes et de wi-fi.

de
dra
Keystone

Les 22 millions de francs réclamés par l'Etat pour doter l'école obligatoire d'équipements numériques ont fait tousser très fort les membres de la commission des travaux du Grand Conseil. A une large majorité, celle-ci a refusé la semaine dernière le projet d'investissement du Département de l'instruction publique (DIP), a révélé «Le Temps». L'Etat souhaite pourvoir les classes primaires et les cycles d'orientation en tablettes et en réseau wi-fi.

La conseillère d'Etat Anne Emery-Torracinta, chargée du DIP, se dit «consternée» par le préavis défavorable de la commission. Il s'agit, selon elle, d'une «décision incompréhensible à l'heure où l'éducation numérique est une nécessité reconnue sur le plan international». La magistrate avait précisé que l'emploi d'instruments numériques se justifiait seulement s'ils apportaient une plus-value à l'enseignement. Ce dont doutent justement les députés de la commission. Ils estiment que le projet pédagogique est flou. Le Grand Conseil devra encore s'exprimer sur les investissements numériques que demande le DIP.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!