Actualisé 27.10.2016 à 18:29

Genève

«C'est mon arbre, ça fait mal au cœur de voir ça!»

La Ville a commencé jeudi l'abattage de 34 arbres qui menacent de tomber sur la plaine de Plainpalais. Des citoyens dénoncent l'action.

de
Marine Guillain et Thomas Piffaretti

Grue. Tronçonneuse. Branches qui volent et tronc arraché. Le tout rapidement balayé du sol. L'arbre qui trônait en face du skate parc de Plainpalais il y a cinq minutes n'existe plus. Son voisin subit le même sort juste après. Cinq minutes encore. La coupe des 34 arbres sur la plaine de Plainpalais va vite. Jusqu'à…

«Non! Ne coupez pas cet arbre!» Un citoyen se jette sur un marronnier qui a déjà la lame dans le tronc, près d'Unimail. Il s'agit de Daniel Sormmani, député MCG. La police municipale le course, son acolyte François Baertschi brandit l'autorisation des travaux, récemment délivrée. «Il y a un délai de 30 jours pour faire recours et il n'a pas été respecté, s'offusquent les opposants. On ne peut pas accepter cette destruction massive!»

Daniel Sormmani en pleine action (Images: 20Minutes/MaG)

Les travaux sont bloqués. Quarante minutes plus tard, le marronnier est abattu. «C'est mon arbre, ça me fait mal au cœur de voir ça!», se désole Daniel Sormmani. Les opposants ont voulu s'installer au pied d'un arbre, mais on été dégagés par des gendarmes arrivés en renfort.

Ce sont des mesures d'urgence, il n'y a pas de délais de recours, infirme Daniel Oertli, chef du Service des espaces verts de la Ville de Genève (Seve), ajoutant qu'il y a eu une incompréhension de la part des opposants. Il explique que l'opération doit durer un ou deux jours. Une entreprise spécialisée est à l'œuvre. Le Seve avait annoncé la semaine dernière la nécessité de couper rapidement ces arbres malades, la menace de les voir s'effondrer sur une zone piétonne étant réelle. «Tous ces arbres là peuvent tomber d'un jour à l'autre», assure Daniel Oertli.

1 / 18
L'abattage des arbres a débuté jeudi matin.

L'abattage des arbres a débuté jeudi matin.

20Minutes/mag
20Minutes/mag
Ces coupes concernent principalement des marronniers.

Ces coupes concernent principalement des marronniers.

20Minutes/mag

Racines pourries

Le 8 septembre, un marronnier de 12 mètres aux racines pourries était tombé seul dans le secteur, sans faire de blessé. Des analyses complémentaires avaient révélé que des dizaines d'autres spécimens souffraient du même mal. Au final, ce sont une cinquantaine d'individus qui auront été coupés en six semaines.

Si les défenseurs des arbres crient au scandale, c'est parce qu'ils estiment que les expertises qui ont mené à ces abattages ne sont pas fiables. Ils pointent aussi une «manipulation» des autorités en amont de la votation de fin novembre sur le réaménagement de la plaine de Plainpalais.

«Chaque arbre compte, scande Séverin Brocher, président de l'association pour la défense des Arbres et des Allées de la plaine de Plainpalais. Nous sommes en colère car ils méritaient une contre-expertise qu'on ne nous accord pas. Ça aurait pu en sauver certains.»

La vidéo des travaux (Images: 20Minutes/MaG)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!