Actualisé 19.10.2017 à 14:20

VaudC'est un accident et pas «Balance ton porc»

Quelque 250 kg de carcasse de viande sont tombés d'un camion frigorifique mardi à Chavannes-près-Renens. Un vétérinaire s'interroge sur la remise du produit sur le marché.

par
apn
1 / 4
Quatre carcasses de porcs gisaient sur la chaussée, à Chavannes-près-Renens (VD).

Quatre carcasses de porcs gisaient sur la chaussée, à Chavannes-près-Renens (VD).

Lecteur reporter
Un lecteur s'est retrouvé face à des pièces de 5 à 7 mètres de long et pesant 250 kg chacune.

Un lecteur s'est retrouvé face à des pièces de 5 à 7 mètres de long et pesant 250 kg chacune.

Lecteur reporter
Un autre véhicule qui lui transportait des sushis s'est arrêté. Le chauffeur a ensuite aidé son confrère à recharger les pièces dans le camion.

Un autre véhicule qui lui transportait des sushis s'est arrêté. Le chauffeur a ensuite aidé son confrère à recharger les pièces dans le camion.

Lecteur reporter

«C'était du lourd! Il y avait quatre carcasses de viande de porc et chacune devait peser 60 kg.» Surpris par un bruit sourd provenant de la route, un riverain a aperçu un camion frigorifique qui venait de perdre son chargement sur la chaussée, mardi à Chavannes-près-Renens. Un clin d'œil à l'actualité hollywoodienne et le hashtag Balance ton porc?«C'est un accident. Je ne suis pas Weinstein. Je suis marié, père de famille et fidèle», a d'emblée plaisanté un responsable de l'entreprise qui transportait la viande.

Ironie de l'histoire, le transporteur a été secouru en premier par un vendeur de sushis, dont le camion se trouvait juste derrière lui. Après environ un quart-d'heure, les produits carnés, qui venaient d'un abattoir, ont pu être embarqués.

«L'accident est dû à une faille de sécurité. La viande a été reprise, méticuleusement lavée à l'eau, frottée et essuyée. Le boucher a ensuite été averti de ce qui s'était passé. C'est propre à la consommation. On n'ose pas prendre de risques avec la viande», a indiqué l'entreprise.

Pour Blaise Voumard, vétérinaire à Saint-Blaise (NE), l'interruption de la chaîne du froid n'est pas si problématique. «Le consommateur passe souvent plus d'un quart d'heure entre l'achat de la viande et son arrivée au domicile. Et les carcasses de cette taille se réchauffent moins vite», observe-t-il. Toutefois, selon lui, «la viande non emballée tombée sur la chaussée devrait être analysée par un hygiéniste avant d'être mise sur le marché».

Le vétérinaire cantonal vaudois n'était pas atteignable mercredi.

(apn/20 minutes)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!