Pologne: «C'est un miracle qui a sauvé Kamil»
Actualisé

Pologne«C'est un miracle qui a sauvé Kamil»

Un enfant prématuré extrême est devenu le plus jeune patient jamais sauvé par un rein artificiel. Parents et personnel médical n'en reviennent pas.

Le bébé ne pesait que 820 g à la naissance, il y a quatre mois.

Le bébé ne pesait que 820 g à la naissance, il y a quatre mois.

Né à 25 semaines de grossesse, le petit Kamil a failli mourir quelques jours plus tard. Son canal artériel ne s'étant pas fermé à la naissance, ce qui est relativement fréquent chez les prématurés, il l'a été par l'administration d'un médicament. Ensuite son coeur a faibli dangereusement, puis ses reins ont quasiment cessé de fonctionner, a raconté à l'AFP le Dr Wojciech Kowalik, chef du service de thérapie intensive des nouveau-nés de l'hôpital de Legnica, dans le sud-ouest de la Pologne.

Les premiers soins prodigués selon les méthodes traditionnelles n'ont pas donné de résultats. «En trois jours, Kamil a produit 50 millilitres d'urine, alors qu'il a absorbé 450 millilitres de liquides. Il a souffert d'oedèmes monstrueux», a dit le médecin.

On l'a donc branché sur un rein artificiel. Le traitement, généralement utilisé pour des nouveau-nés pesant environ trois kilos ou plus, n'est pas toujours efficace: à l'hôpital de Legnica, il a été adopté pour dix enfants et a réussi pour cinq d'entre eux, poursuit le Dr Kowalik.

«Pour un enfant de 820 grammes, c'est exceptionnel. Nous avons appris ensuite qu'il était le plus petit dans le monde à survivre grâce à cette méthode. Cela a déjà été tenté avec des enfants aussi petits, mais aucun n'a survécu», affirme-t-il, en précisant qu'il en a trouvé la confirmation dans la presse spécialisée.

Coïncidence miraculeuse

«Un miracle est arrivé. (...) Demain, on le ramène à la maison, il pèse maintenant quatre kilos», a dit à l'AFP son père, Adam Wawruch. «Cela ne peut pas se raconter, il faut le vivre» pour le comprendre, a-t-il ajouté.

En quelque sorte, Kamil a eu beaucoup de chance. S'il était né ailleurs, si l'hôpital n'avait possédé de rein artificiel, il n'aurait pu survivre. Il se trouve que l'appareil a été installé à Legnica grâce à une organisation humanitaire, le Grand Orchestre d'aide festive (WOSP), fondée il y a vingt-trois ans par un journaliste de télévision, Jurek Owsiak.

Mobilisant des milliers de jeunes une fois par an pour une quête-fête dans les rues, l'Orchestre a remporté un succès inespéré, récoltant quelque 160 millions de dollars en 23 ans et devenant une sorte d'institution nationale. C'est cette organisation qui a financé l'achat d'une quarantaine de reins artificiels installés dans les hôpitaux polonais.

Venu assister à la sortie d'hôpital du petit Kamil, Owsiak a salué le courage des médecins qui ont tenté une thérapie à risque pour un prématuré extrême.

(afp)

Ton opinion