Lausanne: «C'est un peu miraculeux!»
Actualisé

Lausanne«C'est un peu miraculeux!»

Un tétraplégique sexagénaire a subi, en Italie, une opération controversée. Depuis lors, il peut bouger les jambes et une main.

par
Caroline Gebhard

Nicola Castro est désormais capable de tenir une balle. -CGE

«Ce n'est pas que je refuse de mourir, mais je ne veux pas devenir un végétal allongé sur un lit qui attend la mort. J'aimerais être vivant.» Immobilisé des épaules jusqu'aux pieds depuis quinze ans en raison d'une sclérose en plaques, Nicola Castro, 66 ans, a décidé de jouer le tout pour le tout. L'an dernier, il s'est rendu en Sicile (It) pour y subir une intervention plutôt controversée (lire ci-dessous). Depuis, il peut de nouveau bouger les jambes et la main gauche.

«C'est une opération très risquée, car elle touche le cerveau. J'aurais pu rester sur le carreau ou devenir complètement fou. Mais ça a bien réussi et je n'avais rien à perdre», souligne ce résident de la Fondation Plein Soleil, qui accueille des personnes en situation de handicap.

Pour renouer avec la mobilité, Nicola Castro a dû s'organiser seul. L'intervention n'étant pas possible en Suisse, il a pris contact avec un émi­nent médecin italien et a déboursé 15'000 euros (18'300 fr.) pour son voyage en Sicile. Le prix de la liberté, selon lui. Deux jours après l'opération, il bougeait la main. Il peut désormais tenir une balle: «C'est un plaisir, on dirait que je reviens à la vie!»

Mujo Zahirovic, son ancien physiothérapeute, n'en revient pas: «Quand je l'ai revu, j'étais choqué! C'est un peu miraculeux! Il recommence à bouger les bras et a la joie de toucher son nez!» Pour Nicola Castro, une nouvelle vie commence: «Avant, je faisais de la physiothérapie deux fois par semaine, mais ça ne m'empêchait pas de régresser. Là, c'est le contraire!»

Corps médical suisse pas convaincu

L'opération, réalisée en Italie par le Dr Paolo Zamboni, est décriée. Elle consiste à intervenir au niveau des veines du cou pour favoriser la circulation du sang qui va au cerveau. Selon le Pr Renaud Du Pasquier et le Dr Myriam Schluep, spécialistes de la sclérose en plaques (SEP) au CHUV, «l'hypothèse d'un ralentissement ou d'une obstruction du retour du sang veineux en provenance du cerveau n'a pas été confirmée dans plusieurs études indépendantes de qualité». Selon eux, l'opération n’est pas recommandée et présente des risques vitaux. Ils relèvent qu'il s'agit de l'avis de la majorité des spécialistes de la SEP.

Peintre avec l'aide d'un bras robotisé

En 2012, «20 minutes» avait déjà rencontré Nicola Castro lorsqu'il avait fait l'acquisition d'un bras robotisé pour l'aider dans son quotidien: une première en Suisse. Deux ans plus tard, il a totalement apprivoisé cet outil technologique, qu'il commande avec sa tête. «Je mange seul, je me rase, je bois, je fais tout! Je vais même à Ouchy, à Evian et à Dorigny!» se réjouit-il. Depuis quelques mois, il s'est même mis à la peinture, dans le cadre des ateliers de la Fondation Plein Soleil. Il a déjà réalisé six toiles qui décorent les murs de sa chambre.

Ton opinion