Scandale Delarue: «C'est une histoire triste»
Actualisé

Scandale Delarue«C'est une histoire triste»

Le ministre de la Culture et de la Communication Frédéric Mitterrand a estimé vendredi qu'il fallait donner une «deuxième chance» à Jean-Luc Delarue.

"Il faut donner des deuxièmes chances à tout le monde", a déclaré M. Mitterrand sur RTL, tout en soutenant la décision de France Télévisions de suspendre l'animateur de France 2 après sa garde à vue dans une affaire de trafic de drogue.

La décision prise mercredi par le patron de France Télévisions, Rémy Pflimlin, de suspendre «provisoirement» l'animateur de France 2 «est parfaitement juste, il faut arrêter tout ça, il faut qu'il se reprenne», a ajouté le ministre.

Les excuses de Delarue

«Mais quand il se sera repris et qu'il se sera désintoxiqué, il n'y a pas de raison de ne pas lui donner de deuxième chance», selon lui.

«Jean-Luc Delarue c'est une histoire triste. Il y a une sorte d'enchaînement fou des années de travail, d'une générosité très forte dans ses émissions, de la notoriété qui est un fardeau qu'on a peur de perdre. Et puis un moment ça déraille», a plaidé le ministre.

«Je connais les phases de désamour brutal, de ruptures de ce genre, il faut en profiter pour se reprendre et se reconstruire. Le talent de Delarue n'est pas en cause», a-t-il conclu.

Jean-Luc Delarue, qui animait «Toute une histoire» tous les jours sur France 2, a été privé d'antenne pour une durée «indéterminée et provisoire» par le groupe public, 24 heures après sa garde à vue dans une affaire de trafic de drogue. France Télévisions a invoqué des raisons «d'éthique». (afp)

Ton opinion