Football - Coupe du monde: C'est une Nati soucieuse qui s'envolera pour Belfast
Actualisé

Football - Coupe du mondeC'est une Nati soucieuse qui s'envolera pour Belfast

Avec plusieurs joueurs en méforme, blessés ou incertains, l'équipe de Suisse n'est pas au mieux avant le barrage de qualification pour la Coupe du monde.

par
Tim Guillemin
Bâle
Markus Tschopp (à gauche), Vladimir Petkovic et leur troupe décollent aujourdhui à 16h40 de Bâle pour Belfast.

Markus Tschopp (à gauche), Vladimir Petkovic et leur troupe décollent aujourdhui à 16h40 de Bâle pour Belfast.

Keystone/Jean-christophe Bott

Jeudi, il faudra être prêt, sans excuse. La qualification pour la Coupe du Monde 2018 passera par un barrage face à l'Irlande du Nord, une nation intrinsèquement inférieure à la Suisse, mais dont l'esprit combatif peut renverser n'importe qui. La «Green and White Army» n'a d'ailleurs perdu qu'une fois à Windsor Park lors des quatre dernières années. «Et c'était face à l'Allemagne», a grincé Vladimir Petkovic, conscient que le match aller sera une vraie bataille.

«Nous ne devrons pas retirer le pied à Belfast», a prévenu hier le Mister, depuis l'hôtel de la banlieue bâloise où il a accueilli les internationaux suisses. Edimilson Fernandes est arrivé le premier, à 12 h 03 très précisément, suivi de près par Denis Zakaria. Les Romands étaient les plus ponctuels, mais ils ne devraient pas être nombreux sur le terrain.

Johan Djourou est blessé, tout comme François Moubandjé, et la Suisse a de vrais problèmes d'effectif. Valon Behrami est très incertain, en tout cas pour l'aller, tandis que Ricardo Rodriguez n'était pas à 100 % de ses moyens à son arrivée. Et plusieurs atouts offensifs sont en manque flagrant de temps de jeu en club, à l'image de Haris Seferovic, Admir Mehmedi et Breel Embolo. Bref, la situation est préoccupante.

«Nous ne devons pas avoir peur. Au contraire, nous devons nous rappeler de tout ce que nous avons fait de bien ces derniers mois. Nous devrons imposer notre jeu face à l'Irlande du Nord», a positivé le sélectionneur, qui se donne jusqu'à jeudi midi pour choisir son XI titulaire.

Ton opinion