Nordahl L.: «C'était pas moi derrière le volant! J'étais zombie!»

Actualisé

Nordahl L.«C'était pas moi derrière le volant! J'étais zombie!»

L'avocat de l'ex-militaire voulait qu'une expertise psychologique particulièrement accablante pour son client soit retirée du dossier d'instruction de l'affaire Maëlys. Sa demande a été refusée.

par
joc

C'est un nouveau coup dur pour la défense de Nordahl L. L'avocat du meurtrier présumé de Maëlys voulait faire annuler plusieurs pièces du dossier d'instruction de l'affaire Maëlys, mais la Cour d'appel de Lyon a annoncé ce jeudi qu'elle rejetait la requête de l'homme de loi. Parmi les éléments que Me Alain Jakubowicz voulait voir exclus du dossier, il y avait notamment le témoignage d'un co-détenu du trentenaire. Selon cet homme, Nordahl L. lui a confié avoir violé Maëlys avant de la frapper à mort et de cacher son corps. Un témoignage accablant pour le suspect, qui martèle avoir tué la fillette «par accident».

Me Jakubowicz réclamait surtout le retrait d'une expertise psychologique particulièrement accablante pour son client. Dans ce document de 73 pages, que BFM TV s'est procuré, l'ancien maître-chien est décrit comme un manipulateur narcissique dénué de tout sentiment de culpabilité. Cette analyse a été effectuée entre janvier et juin 2018 par une psychologue qui a rencontré Nordahl L. à cinq reprises, pendant plus de deux heures. Des entretiens réalisés avant, mais aussi après les aveux du trentenaire.

Une «mythomanie constante»

Avant d'avouer le meurtre de Maëlys, le trentenaire martelait n'avoir jamais eu l'intention de lui faire du mal. «C'était pas moi le conducteur! J'étais zombie! Comme si c'était une entité qui s'emparait de moi. Comme dans un jeu vidéo», a-t-il expliqué à la spécialiste. Même après ses aveux, l'ex-militaire a maintenu cette ligne de défense: «C'est un monstre qui l'a tuée! C'est pas une personne. J'ai paniqué comme si j'étais envoûté par un démon, par un diable. J'ai eu l'impression que Maëlys voulait m'agresser, qu'elle me voulait du mal», a-t-il fait valoir.

Des arguments qui ne convainquent pas la psychologue, qui souligne la résolution de Nordahl L. à «détruire l'autre». Selon l'experte, le trentenaire ne comprend pas la notion même de faute. Elle parle d'«insensibilité morale», d'«imperméabilité au sentiment de culpabilité», de «mythomanie constante» et d'une capacité à «manipuler» exacerbée par une impression de «toute puissance». La psychologue fait un parallèle entre le comportement du suspect et celui d'une bête. «La similitude avec le comportement d'un animal qui ramène sa proie morte au domicile de ses maîtres est sidérante», écrit-elle.

Outre les meurtres de Maëlys et l'assassinat d'Arthur Noyer, Nordahl L. est soupçonné d'être impliqué dans de nombreuses autres disparitions jamais élucidées.

Ton opinion