Actualisé 14.03.2017 à 14:23

Football – Croatie«C'était surréaliste de voir cet homme avec sa barre»

L'international suisse Mario Gavranovic (27 ans) se trouvait sur le terrain samedi avec le HNK Rijeka lorsqu'un hooligan a menacé l'arbitre avec une barre de fer.

von
Oliver Dufour
Mario Gavranovic (portrait de droite) était sur le terrain lorsqu'un hooligan armé y a pénétré.

Mario Gavranovic (portrait de droite) était sur le terrain lorsqu'un hooligan armé y a pénétré.

La scène a fait le tour de la planète football. Un homme masqué par un foulard en survêtement noir, la tête recouverte d'une capuche, s'est soudain précipité sur la pelouse du stade Poljud, à Split (Croatie), dans les dernières minutes du match opposant l'équipe locale du Hajduk au HNK Rijeka, où évolue l'attaquant international suisse Mario Gavranovic (12 buts et 5 passes décisives en 23 matches). L'arbitre du match avait accordé un penalty contesté aux visiteurs (81e), ce qui a permis à Roman Bezjak d'égaliser en répondant à l'ouverture du score de Hamza Barry (31e). Quelques minutes plus tard, le hooligan a fait irruption sur la pelouse, armé d'une barre de fer, pour poursuivre d'une façon menaçante l'officiel au sifflet. Gavranovic a assisté à toute la scène, qui s'est déroulée dans la surface de Split, depuis le cercle d'engagement.

Mario Gavranovic, comment avez-vous vécu ce moment inquiétant?

C'était assez surréaliste. J'étais au milieu du terrain et soudain cette personne est arrivée avec sa barre. Et puis rien… Il s'est passé quelques minutes (ndlr: une, en réalité) jusqu'à ce que la police intervienne. L'homme était là avec sa barre et on ne savait pas trop quoi faire. C'est la première fois que je vivais une chose pareille et c'était difficile à croire.

Avez-vous eu peur en comprenant ce qui se passait?

Non, pas vraiment, même si cet homme s'est montré très agressif. Il faut dire que j'étais beaucoup plus loin. Mais c'est vrai qu'il aurait soudain pu courir vers nous aussi, d'autant plus qu'il y a trois ou quatre joueurs chez nous qui viennent de Split. Mais on a compris qu'il voulait poursuivre l'arbitre. A ce moment, j'ai pensé qu'il allait siffler la fin du match tout de suite, mais il a continué. Peut-être pour ne pas subir d'autres conséquences après?

Avez-vous réussi à rester concentrés après ça avec l'équipe?

Heureusement, le match était presque fini. On s'est focalisés sur essayer de marquer un deuxième but (ndlr: le match s'est finalement terminé sur un nul, 1-1). Mais l'arbitre a aussi un peu réduit les arrêts de jeu que nous aurions dû encore jouer après coup. Au final je pense que le résultat est correct. Ces derbies adriatiques entre Split et Rijeka (ndlr: deux villes côtières distantes de quelque 300 km) sont toujours spéciaux.

Ce genre d'ambiance est-il répandu à travers le championnat croate?

Non, je dirais que c'est particulier à Split. Il n'y a pas si longtemps, un arbitre qui mangeait dans un restaurant non loin de la ville a été agressé et envoyé à l'hôpital par des fans du Hajduk (ndlr: en octobre dernier, l'arbitre Bruno Maric s'en était heureusement tiré avec des blessures superficielles). C'est quelque chose de dur à expliquer. On vit dans une ambiance surréaliste et ce n'est pas facile pour moi de commenter quelque chose qui n'a rien à voir avec le football. C'est dommage parce que jusqu'à cet instant, l'ambiance était magnifique. C'était un véritable match de foot. En plus, nous n'avons pas beaucoup de stades comme le leur. Dans les autres villes, il peut arriver de petites choses aussi, comme partout dans le monde, mais on est plus dans la normalité.

Pour parler à nouveau un peu de sport, les choses semblent se passer plutôt bien pour vous…

Oui, je suis très content. Nous sommes en tête du classement, n'avons pas perdu un match (ndlr: 19 victoires, 5 nuls) et pouvons aller chercher le premier titre de l'histoire de Rijeka. Bien sûr, ça ne sera pas facile, parce que nous sommes l'équipe que tout le monde veut battre. Une situation nouvelle, vu que le Dynamo Zagreb (2e) a longtemps dominé ce championnat. Mais nous sommes confiants. Nous avons les qualités nécessaires et j'espère que nous allons poursuivre sur notre lancée.

Le derby de l'Adriatique est toujours un moment très chaud

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!