Genève: «C'était violent. Il aurait pu y avoir des comas»
Actualisé

Genève«C'était violent. Il aurait pu y avoir des comas»

Une dizaine de jeunes en sont venus aux mains aux Acacias dans la nuit de samedi à dimanche. La police a engagé plusieurs patrouilles.

par
jef
Les forces de l'ordre sont intervenues au giratoire situé entre le parc des Acacias et les rues Simon-Durand (-où se trouve le Monte Cristo), du Grand-Bureau, des Noirettes et des Ronzades.

Les forces de l'ordre sont intervenues au giratoire situé entre le parc des Acacias et les rues Simon-Durand (-où se trouve le Monte Cristo), du Grand-Bureau, des Noirettes et des Ronzades.

Leser-Reporter/lecteur

«Chaque week-end il y a des nuisances, mais là c'était particulièrement violent. Si la police n'était pas intervenue, il aurait pu y avoir des comas. L'un des jeunes s'est vraiment fait fracasser», relate un riverain dont les fenêtres donnent sur le giratoire entre le parc des Acacias et la rue Simon-Durand, où se niche le Monte Cristo club. Dans la nuit de samedi à dimanche, une dizaine de clients de l'établissement, «âgés de 18 à 20 ans et complètement ivres», décrit le témoin, se sont battus à leur sortie de boîte après avoir été repoussés vers le parc par le vigile.

Plusieurs patrouilles de police ont été mobilisées. Selon le service de presse des forces de l'ordre, une quinzaine de gendarmes et de policiers municipaux ont été engagés. Dimanche en début d'après-midi, le nombre exact de participants à la rixe et celui d'éventuels blessés ou interpellés demeurait inconnu.

Violence, casse et salissures

L'habitant qui a assisté à l'échauffourée témoigne pour sa part de sa lassitude.« Il y a chaque semaine des bagarres. Des fois plus violentes, des fois moins violentes. Les jeunes s'en prennent aux voitures, cassent des rétroviseurs, urinent et gerbent dans les allées, laissent des bouteilles cassées. Alors attention, moi aussi je sors la nuit et je fais la fête. Je comprends ça. Mais je respecte le voisinage. Là, tous ces policiers mobilisés durant une heure, j'aimerais bien connaître la facture. Et au final, ce sont les habitants de la Ville de Genève qui la règlent...»

Ton opinion