Football - Ça chauffe en Ligue 2, Sochaux «pris en otage» à Ajaccio
Publié

FootballÇa chauffe en Ligue 2, Sochaux «pris en otage» à Ajaccio

L’après-match entre Corses et Doubistes a été animé sur l’Île de Beauté. Sur fond de joueurs agressés, stadier castagné, bus bloqué et menaces de mort, les versions divergent.

par
Sport-Center

L’après-match a été houleux samedi dernier à la suite du succès de l’AC Ajaccio sur le FC Sochaux (1-0) en Ligue 2. Le joueur sochalien Christophe Diedhiou a été accusé d’avoir donné un coup de poing à l’un des stadiers. Il a passé une nuit au poste. L’imbroglio est total tant les versions divergent. Une enquête a été ouverte.

Selon le président corse, Christian Leca, un de ses joueurs aurait été pris à partie par trois Sochaliens. Le service de sécurité aurait alors refoulé les visiteurs. Deux joueurs redescendent toutefois de leur car. Une mêlée se crée. C’est là que le stadier est frappé.

Les Corses demandent alors à l’agresseur supposé de redescendre s’excuser. Il n’en fera rien car, selon la version sochalienne, le stadier était, entre-temps, aller chercher sa matraque. Une manière comme une autre de recevoir des excuses…

Bloqués sur le parking du stade, les Doubistes sont «coincés» dans leur car. «Dès qu’un de nos joueurs jetait un œil à l’extérieur, des gens lui disaient: «On va t’égorger, on va t’ouvrir la tête en deux», relate le directeur général sochalien, Samuel Laurent. Il y avait une quarantaine de personnes, qui n’étaient pas des dépositaires de l’autorité publique. C’était une prise d’otages, il faut appeler les choses telles qu’elles sont.»

La situation est invraisemblable. Les forces de l’ordre arrivent. Les pandores souhaitent interroger le joueur sochalien présumé fautif. Devant l’impossibilité sécuritaire de faire descendre Christophe Diedhiou du car aux abords du stade, la police escorte les Doubistes pour pouvoir opérer dans un endroit plus calme. Christophe Diedhiou a passé la nuit au poste. Il a admis avoir frappé le stadier.

Pour ne rien arranger, trois supporters sochaliens auraient également été passés à tabac à la sortie du stade. Au bout du compte, tout le monde porte plainte (deux joueurs de Sochaux, le stadier et le club corse), personne ne sait réellement ce qui s’est passé et le football n’en ressort pas grandi. Triste samedi de Ligue 2.

Ton opinion

4 commentaires