Britney Spears libérée: ses premières impressions

Publié

Britney Spears «Ça fait du bien d’avoir de l’argent entre les mains»

La chanteuse américaine, libérée de la tutelle de son père, reprend peu à peu le contrôle de sa vie. Premières impressions.

Britney Spears a fêté la fin de sa tutelle en posant nue.

«Libérée, délivrée», serait-on tenter d’écrire. Britney Spears, dont la tutelle a été levée, est une nouvelle femme. Face à l’insistance de ses fans qui lui demandaient ce qu’elle allait faire maintenant, la chanteuse de 39 ans, qui sera le centre d’un docu sur Netflix, a répondu sous la forme d’une vidéo de deux minutes sur Instagram.

«J’ai été sous tutelle pendant 13 ans, une situation que je ne souhaite à personne. Je suis aujourd’hui reconnaissante pour chaque jour où je peux avoir les clés de ma voiture, me sentir indépendante, avoir de l’argent en liquide pour la première fois, pouvoir m’acheter des bougies. Ce sont de petites choses, mais qui font une différence gigantesque», a commencé l’Américaine dans sa vidéo. Elle a ensuite affirmé qu’elle voulait «être une voix» pour toutes les personnes en situation de handicap ou souffrant de maladies mentales: «Je suis une femme forte, alors imaginez ce que le système peut faire à ces personnes. J’espère que mon histoire aura un impact et changera ce système corrompu.»

Elle a ensuite tenu à remercier toutes les personnes qui avaient participé au mouvement #FreeBritney qui visait à la libérer de sa tutelle. «Vous avez tout déchiré alors que j’étais réduite au silence et qu’on me menaçait. J’ai pu parler à travers vous. Grâce à vous, le monde a su ce qu’il se passait. Sincèrement, vous m’avez sauvé la vie», a-t-elle dit, des trémolos dans la voix. Puis, en légende de la vidéo, Britney s’est attaquée frontalement à sa famille par rapport à ce qu’elle a enduré toutes ces années. «Ça m’épate encore chaque matin au réveil quand je me remémore tout ce qu’a pu me faire ma famille. C’était dégradant. Je ne parle même pas de choses pour lesquelles ils (ndlr: les membres de sa famille) devraient être en prison. Y compris ma bigote de mère! J’avais l’habitude de tout faire pour préserver la paix familiale et de fermer ma gueule. Mais pas cette fois. Je n’ai rien oublié», a-t-elle écrit, suggérant au passage qu’elle pourrait bien aller faire une interview confession avec Oprah Winfrey.

(fec)

Ton opinion

8 commentaires