Tennis - Roland-Garros: «Ca ne devrait jamais arriver sur le central»
Actualisé

Tennis - Roland-Garros«Ca ne devrait jamais arriver sur le central»

Vainqueur sans trembler d'Alejandro Falla au 1er tour de Roland Garros, dimanche, Roger Federer a rappelé à l'ordre la sécurité du tournoi, après qu'un fan a pénétré sur le court.

par
Oliver Dufour
Paris
1 / 3
AP/David Vincent
Jason Cairnduff
AP/David Vincent

Il est arrivé d'un coup, sans prévenir. Durant de longues secondes, avant qu'un agent de sécurité n'intervienne enfin, un garçon a pu se tenir au milieu du court Philippe Chatrier, juste à côté de Roger Federer, et prendre une photo avec lui. Si le Bâlois n'a pas lui-même chassé l'importun et a même accepté de poser avec le jeune homme pour un «selfie», il n'en n'était pas moins perturbé par l'incident.

«Je n'ai pas eu peur, mais je ne suis pas du tout content avec ça, a martelé «RF». C'est la deuxième fois ici. C'est juste un gosse, mais hier (ndlr: samedi), pendant l'entraînement, il y a déjà eu trois jeunes spectateurs qui ont réussi la même chose. Le court central c'est un lieu où on penserait que personne ne peut pénétrer. Et là il pénètre en toute décontraction et rien ne se passe. Ca m'était arrivé ici durant la finale en 2009, aussi (ndlr: un spectateur avait bondi sur le court et tenté de le ceinturer avec un drapeau voir vidéo ci-dessous). J'avais connu d'autres épisodes à Montréal et à Wimbledon, également.»

Face à la répétition de ces actes, certes jusqu'ici sans conséquences, le No 2 mondial a appelé à une réaction de l'organisation. «Je pense pouvoir parler au nom de tous les joueurs. Le court est l'endroit où on fait notre job et on veut pouvoir s'y sentir en sécurité. Gilbert Ysern (ndlr: directeur du tournoi) m'a déjà présenté ses excuses et j'ai pu lui parler de l'incident d'hier (ndlr: samedi), à propos duquel il n'était pas au courant. J'apprécie les excuses, mais je veux voir la suite. A eux de voir. Je pourrais réagir aussi, mais le gamin est arrivé derrière moi et je ne l'ai pas vu. Assurer la sécurité, ce n'est pas juste se tenir là avec une cravate, a taclé le Rhénan. Il faut réagir très vite, maintenant. Ce n'est pas rigolo du tout. Ca ne devrait jamais arriver. Pour tous les tournois que nous disputerons à l'avenir, nous ne voulons pas avoir des gens qui se promènent sur les courts.»

«Une erreur de jugement»

Du côté de l'organisation, on a plaidé une erreur de jugement de la part de la sécurité en place sur le court Chatrier. «Je crois qu'on était encore un peu sur la lancée de la Journée des Enfants d'hier (ndlr: samedi), où l'ambiance était plus festive et on recherchait davantage de proximité entre public et joueurs, a plaidé Gilbert Ysern. Il y a toujours plus de demandes d'autographes et de photos et sur ce coup il y a eu une erreur de jugement. On n'était pas dans le cas de la finale 2009 ou de celui de Monica Seles (ndlr: poignardée sur le court à Hambourg en 1993). Si une personne était entrée sur le court avec une attitude hostile, elle ne serait jamais arrivée jusqu'au joueur.»

Le directeur du tournoi a toutefois admis qu'une erreur avait été commise. «C'est vrai, la sécurité n'a pas fait le travail qu'elle aurait dû faire. La réaction aurait dû être immédiate. Ca n'a pas été le cas. Il y a d'autres moments pour aborder les joueurs, avec leur consentement. Il faut respecter les règles. Le message va être clair et répété à toutes les équipes de sécurité: personne ne pénètre sur les courts. Néanmoins, les procédures ne sont pas mauvaises et il n'y a pas de raisons de les changer. Il y a eu un avant et un après Seles. Nous sommes dans l'après, où la sécurité a été complètement revue dans tous les tournois. Ce n'était pas la fin du monde et il n'y a pas lieu d'en faire trop non plus.»

«Ne pas blâmer le joueur»

Invité à réagir aux propos de Federer, Gilbert Ysern a expliqué qu'il reconnaissait les faits. «On ne va pas blâmer le joueur qui nous fait remarquer qu'il y a eu un petit trou dans la raquette en matière de sécurité. Il n'a pas été très véhément, mais je comprends qu'il soit contrarié. Il a raison, on doit corriger ça. Bien sûr, on n'est pas prêts à affronter une attaque simultanée de 300 personnes au coup de sifflet - j'espère que ça n'arrivera jamais, on vit dans une civilisation devenue folle - mais nos agents sont entraînés pour écarter le danger.»

Quant au jeune intrus du court, il a été sorti du stade pour le reste du tournoi. «Nous savons désormais qui il est. Son père doit être en train de le ramener à la maison», a imaginé le directeur.

L'incident de la finale 2009

Les temps fort du match Federer - Falla

Deux jours de repos

Après sa convaincante victoire sur le qualifié colombien Falla, Roger Federer s'est globalement dit satisfait de sa performance. «Idéalement, j'aurais aimé réussir 2, 3, 4 breaks de plus, a admis le Bâlois. Mais j'ai trouvé le bon rythme et je n'ai pas eu de breaks contre moi, donc je suis satisfait.»

Le prochain adversaire de Federer se nomme Marcel Granollers (ATP 56). L'Espagnol se dressera sur la route du No 2 mondial mercredi à la Porte d'Auteuil. «C'est un joueur qui a beaucoup d'expérience sur terre battue, a apprécié le Rhénan. Il a grandi dessus. Et il a plutôt bien joué à Madrid, récemment. C'est aussi un joueur rapide sur les surfaces rapides. J'avais eu de la peine, durant un set et demi, face à lui à l'US Open l'an dernier. Je ne vais pas jouer demain et faire un bon entraînement mardi, pour être prêt à le jouer mercredi. On verra comment on va préparer ça.»

Ton opinion