Ca y est, on a (enfin) vu le dernier James Bond
Publié

«Mourir (ne) peut (plus) attendre»Ça y est, on a (enfin) vu le dernier «James Bond»

Daniel Craig fait ses adieux à l’espion britannique avec un film à la hauteur des attentes, fidèle à l’esprit de la saga.

par
Marine Guillain

Dolce vita Flashback dans la vie de Madeleine Swann (Léa Seydoux), lorsque l’enfant a vu sa mère se faire tuer sous ses yeux. Retour au présent. Après une baignade dans la mer Méditerranée, Madeleine rejoint Bond (Daniel Craig). Plus amoureux que jamais, ils roulent vers Matera et prennent une chambre d’hôtel avec vue sur cette sublime ville d’Italie du sud. Vous vous en doutez bien, leur tranquillité sera de courte durée. Le lendemain matin, 007 se fait attaquer par une horde d’ennemis qui veulent sa peau…

C’est la dernière fois que Daniel Craig (ici avec Ana de Armas) endosse le costume de 007.

C’est la dernière fois que Daniel Craig (ici avec Ana de Armas) endosse le costume de 007.

DR

Bond dans le temps Cinq ans plus tard, James a quitté les services secrets et se la coule douce en Jamaïque. Mais la CIA d’un côté et le MI6 de l’autre viennent le solliciter pour une mission qu’il finira par accepter. Celle-ci est en lien avec l’organisation criminelle Spectre et mettra l’espion britannique face à un méchant (Rami Malek) qui possède des armes technologiques extrêmement dangereuses. Et voilà Bond parti pour une mission à Cuba en tandem avec une certaine Paloma (Ana de Armas), avant de filer à Londres – où il rencontrera l’agente secrète 007 (Lashana Lynch)! – puis en Norvège et enfin, sur des îles entre la Russie et le Japon.

Action et amour On pouvait s’y attendre, ce «James Bond» offre du grand spectacle, parfaitement fidèle à l’esprit de la saga et qui conclut comme il se doit la fin de l’ère Daniel Craig. Les images sont d’une beauté hallucinante et les cascades grandioses (en même temps, avec un budget de 250 millions de dollars…). Les 2 h 43 de film (le plus long de la franchise) se regardent avec un plaisir non dissimulé – sans nous transcender dans notre siège pour autant. Et au final, on sort de la salle en pensant aux scènes d’action et à l’histoire d’amour complexe bien davantage qu’au cœur de la mission, qui manque un poil de consistance. Ah, une dernière chose: si vous espérez être surpris… vous ne serez pas déçus!

Le discours d’adieux de Daniel Craig a fait le buzz:

Coup du sort «Mourir peut attendre». Écrire que le titre de ce 25e opus est évocateur serait un euphémisme. Cinquième et dernier film dans lequel Daniel Craig porte le costume de l’espion britannique, il a été le premier à subir le Covid de plein fouet. Repoussé à maintes reprises, il arrive finalement avec 18 mois de retard – et six ans après le précédent, «Spectre». James Bond revient ainsi avec une nouvelle mission: sauver le monde, assurément, mais peut-être aussi les salles de cinéma…

«Mourir peut attendre»

De Cary Joji Fukunaga. Avec Daniel Craig, Léa Seydoux, Rami Malek, Lashana Lynch, Ana de Armas, Ben Whishaw, Naomie Harris, Jeffrey Wright, Christoph Waltz, Dali Bensallah, Ralph Fiennes. Sortie le jeudi 30 septembre 2021. Note: ***

Ton opinion

2 commentaires