16.03.2020 à 21:08

Vaud

Cacophonie dans les garderies

Face au Covid-19, les réseaux d'accueil de jour des enfants vaudois adoptent des positions à la fois incohérentes et contradictoires. Des crèches restent ouvertes tandis que d'autres ferment par principe de précaution.

de
apn
Les structures vaudoises d'accueil de jour des enfants n'avaient pas une ligne cohérente lundi. Certaines étaient ouvertes à tous les enfants inscrits et d'autres uniquement à ceux dont les parents sont mobilisés à cause du coronavirus.

Les structures vaudoises d'accueil de jour des enfants n'avaient pas une ligne cohérente lundi. Certaines étaient ouvertes à tous les enfants inscrits et d'autres uniquement à ceux dont les parents sont mobilisés à cause du coronavirus.

Vendredi, le Conseil d'Etat vaudois a décidé de fermer les écoles jusqu'à fin avril pour stopper la propagation du coronavirus. Mais le Gouvernement n'a pas voulu étendre cette mesure aux garderies et autres structures d'accueil de jour des enfants afin d'éviter des reports de garde qui exposeraient davantage les grands-parents. Seulement, en cette période anxiogène qui cristallise les peurs et où la distance physique est recommandée lors des interactions, des travailleurs du préscolaire se sentent exposés au virus sur leur lieu de travail.

«La consigne est de garder une certaine distance de sécurité entre les personnes et d'éviter les rassemblements. Or, je travaille dans un espace assez restreint avec un groupe de dix enfants de moins de 5 ans. Si l'un d'entre eux pleure, c'est naturellement que je le prendrai dans mes bras pour le réconforter», a signalé Natacha*, éducatrice de la petite enfance. «Si les décideurs étaient cohérents avec le niveau d'alerte, ce serait le confinement général de toute la population», a-t-elle poursuivi.

«Distance de sécurité impossible à tenir»

Un homme actif dans le préscolaire vaudois a lui aussi crié son indignation. «C'est impossible de garder une distance de sécurité ni entre le personnel et les enfants ni entre les petits eux-mêmes», a-t-il déclaré. Avant de dénoncer une omerta qui «empêche la transparence sur les cas d'employés ou d'enfants infectés».

Selon nos renseignements, une baisse notoire de fréquentation a été constatée lundi dans les structures d'accueil de jour des enfants du canton.

La commune d'Yverdon-les-Bains (VD), elle, a pris ses responsabilités: les garderies ne sont ouvertes que pour les enfants des travailleurs qui doivent être sur le terrain à cause du coronavirus.

* Prénom d'emprunt

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!