Coronavirus: Caddies et triporteurs pour des scouts solidaires
Actualisé

CoronavirusCaddies et triporteurs pour des scouts solidaires

Les organisations de scoutisme se mobilisent pour aider les plus fragiles face à la pandémie, en faisant les courses. Exemple à Versoix (GE).

par
David Ramseyer
Scouts de Nyon (VD

Perché sur son triporteur, un ado de 15 ans - foulard multicolore et badge officiel de la municipalité au cou - pédale dur pour livrer fruits, légumes et produits hygiéniques à un vieux monsieur, seul dans son appartement. Pendant ce temps, trois de ses camarades remplissent des caddies dans un supermarché. En raison des restrictions liées à la pandémie de coronavirus, les scouts de Versoix (GE) se sont métamorphosés mercredi en coursiers bénévoles. Ils feront deux fois par semaine les commissions pour ceux qui, confinés et vulnérables, ne peuvent plus les effectuer eux-mêmes.

Chaleur humaine

Dans cette commune de plus de 13'000 âmes, l'action est relayée par les autorités, les réseaux sociaux ou encore le bouche à oreille. Les listes de courses sont transmises à l'avance, au téléphone ou par mail. Puis, départ au magasin. «Nous payons via le compte bancaire de la troupe, explique sa coordinatrice, Cyrielle Froidevaux. Equipés de désinfectants, fournis par la mairie, les jeunes déposent ensuite les vivres et la facture devant la porte. Ensuite, on prévient la personne par téléphone que tout est là et elle nous rembourse par e-banking, ou en cash, dans une enveloppe.» Distance de sécurité garantie, donc. Ce qui n'empêche pas un peu de chaleur humaine.

Âgés de 15 à 18 ans, les scouts ont eu de belles surprises. «Nous avons eu des «Merci!» écrits sur l'enveloppe, des sourires et même des pourboires jusqu'à 50 francs. Mais ce qui nous motive avant tout, c'est aider. Nous serons encore tous là, la prochaine fois», s'enthousiasme Louis Honegger, sur le terrain mercredi pour gérer l'opération.

Il n'y a pas eu de demandes compulsives ou irrationnelles, relève par ailleurs le jeune homme. «On a approvisionné dix foyers, à raison d'un à trois sacs chacun, avec dedans des produits standards. C'est clair, si quelqu'un nous demandait une palette entière de bouteilles d'eau minérale, en triporteur ce ne serait pas possible», rigole-t-il. Et si les produits commandés ne sont plus en rayon? Passons sur le papier hygiénique toujours classé au rang de rareté absolue. Sinon, «on appelle notre interlocuteur pendant que l'on fait ses courses pour savoir ce qu'il veut à la place. Nous avons eu le cas avec une femme diabétique. On ira chercher ce dont elle a besoin samedi, dans un autre commerce versoisien». Plusieurs communes genevoises (Onex, Carouge, Vernier ou encore le Grand-Saconnex) connaissent un même élan altruiste de la part des scouts.

Même élan côté vaudois

Dans le canton de Vaud, leurs camarades ne sont pas en reste. Les premières actions ont débuté la semaine passée, également sous la houlette des communes. Plusieurs troupes - soit une soixantaine de personnes au quotidien - écument les supermarchés pour approvisionner des aînés isolés, des personnes à risque ou en quarantaine, comme à Genève. Avec quelques variations, cependant. «A Vevey, par exemple, un groupe apporte un soutien ponctuel à des pharmacies pour livrer des médicaments à domicile. Ailleurs, d'autres jeunes organisent des activités ludiques pour les enfants, via internet», liste Barbara Bühlmann, présidente de l'Association du scoutisme vaudois.

Partout dans le mouvement, l'heure est donc à la solidarité. «A notre échelle, résume Cyrielle Froidevaux, c'est un joli moyen de rendre service.»

Autorités reconnaissantes

"Pouvoir compter sur ces jeunes, c'est génial!", applaudit Vanessa Dahan, cheffe du service social de Versoix. Dans le cadre du plan de solidarité communale annoncé par le Canton, le 16 mars dernier, les autorités municipales ont d'abord recensé les personnes fragilisées et défini leurs besoins. "Il a fallu imaginer un dispositif global et cohérent, rembobine la responsable. Si les voisins des habitants les plus à risque se mobilisent beaucoup pour eux, il reste toujours des gens isolés. Par ailleurs, il faut pouvoir tenir sur la durée. Nous avons notamment contacté les scouts locaux. Ils ont tout de suite répondu présents." La mairie a fait le lien avec l'association Caddie service, pour bénéficier de ses triporteurs. "Sincèrement, merci à la troupe de son engagement, appuie Vanessa Dahan. Nous sommes tous concernés par la pandémie et face à elle, il faut agir ensemble."

Ton opinion