Caisse maladie: hausse des primes ralentie mais supérieure aux coûts
Actualisé

Caisse maladie: hausse des primes ralentie mais supérieure aux coûts

La hausse des primes d'assurance maladie a un peu ralenti sous le régime de la LAMal, mais, sur le long terme, elle est restée supérieure à celle des coûts de la santé.

Ces derniers sont essentiellement à la charge des ménages, alors que l'Etat a réduit sa part.

Selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), la prime mensuelle moyenne a grimpé de 173 francs en 1996 à 313 francs en 2007. L'augmentation a ainsi atteint 81% en onze ans.

Avant l'introduction de la loi sur l'assurance maladie (LAMal), on ne calculait guère de moyenne suisse des primes. Mais les hausses étaient déjà brutales. Dans les années 1980, elles ont parfois atteint 10 à 15% par an pour certaines caisses, davantage même dans des cantons comme Vaud et Genève.

Mesures d'urgence

Le mécontentement de la population a alors incité les autorités à mettre en chantier une réforme de la loi sur l'assurance maladie, puis à prendre des mesures d'urgence. C'est ainsi que les primes ont été plafonnées entre 1992 et 1995, de même que les tarifs médicaux et hospitaliers.

Ces mesures ayant pris fin à l'entrée en vigueur de la LAMal, les primes ont repris l'ascenseur. La hausse moyenne a ainsi atteint 8,7% en 1997. Elle a été plus modérée de 1998 à 2001 (entre 3 et 6%), avant de frôler à nouveau les 10% en 2002 et 2003.

Un ralentissement a suivi dès 2004, et la plus faible augmentation moyenne a été annoncée pour 2007 (2,2%). Pour expliquer cette «embellie», l'OFSP a notamment évoqué la diminution des réserves des caisses, la baisse des prix de médicaments et le recours accru aux génériques.

Coûts de la santé: +54% depuis 1996

L'Office fédéral de la statistique (OFS) prévoit que le montant global des coûts de la santé en Suisse dépassera 58 milliards de francs en 2007. En 1996, ces coûts totalisaient 37,9 milliards. La hausse sera donc d'environ 54% en onze ans.

Toujours d'après l'OFS, le coût moyen de la santé par habitant est monté de 5335 francs par an en 1996 à 6929 francs en 2004. Les chiffres plus récents ne sont pas encore disponibles. Abstraction faite de l'augmentation de la population, les coûts ont ainsi grimpé d'environ 30% en huit ans.

Les coûts de la santé augmentent régulièrement depuis plusieurs décennies. Selon l'OFS, leur montant global n'était «que» de 1,9 milliard de francs en 1960. Il a dépassé les 5 milliards en 1970, les 10 milliards en 1975, les 20 milliards en 1986 et les 30 milliards en 1991.

Ménages accablés

Dans le financement de ces dépenses, les ménages privés assument depuis longtemps la charge la plus lourde, compte tenu des primes d'assurance maladie. Cette part avait régressé dans les années 1960, mais elle est remontée d'environ 55% en 1971 à environ 66% en 1986, selon l'OFS. Depuis lors, les ménages continuent de supporter à peu près les deux tiers des charges.

Au contraire, la part de l'Etat (Confédération et cantons surtout), c'est-à-dire des contribuables, au financement des dépenses de santé a nettement baissé. Elle est tombée de près de 40% en 1971 à 27% en 2004, malgré les subventions pour la réduction des primes. Le rôle de redistribution des collectivités publiques a donc diminué.

(ats)

Ton opinion