Lingerie : Calida se porte bien
Actualisé

Lingerie Calida se porte bien

Le groupe lucernois de lingerie a réalisé un exercice en croissance l'an dernier. Il a vu son chiffre d'affaires consolidé progresser de 3,9% pour atteindre 211 millions de francs.

Renouant avec la croissance l'an passé, Calida a cependant affiché une rentabilité en fort repli. Conséquence du rachat de Lafuma et de la touche finale à la restructuration d'Aubade, le groupe textile lucernois a vu son bénéfice net chuter de près de moitié à 10,6 millions de francs.

Après le léger repli affiché en 2012, les ventes ont renoué avec la croissance, le chiffre d'affaires s'étoffant de 3,9% à 211 millions de francs, a relevé jeudi à Zurich Felix Sulzberger, le directeur général du fabricant de lingerie établi à Sursee. A taux de change constants, la progression est ressortie à 2,5%.

Jugeant l'exercice satisfaisant, M. Sulzberger a noté que les deux unités du groupe, soit Calida et la marque haut de gamme Aubade, avaient connu un développement favorable et contribué à la performance, supérieure à celle du marché. Les ventes de Calida ont progressé de 2,5% à 142,1 millions de francs et celles d'Aubade de 6,7% à 68,9 millions.

Le résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) s'est, lui, contracté de 22,8% à 21 millions de francs. Hors éléments exceptionnels, à savoir des gains immobiliers en 2012 et une charge de 2,4 millions de francs l'an passé dans le cadre du règlement définitif de la fermeture des usines françaises d'Aubade, l'EBIT a progressé de 22,2 à 23,4 millions.

Envol de l'action

Si les ventes ont dépassé les attentes des analystes, l'EBIT s'est situé dans la fourchette basse de leurs estimations entre 19,8 et 24,4 millions. Les investisseurs ont salué la performance de Calida, le titre du groupe lucernois s'envolant vers 15h40 à la Bourse suisse de 4,98% à 33,70 francs. Dans le même temps, l'indice élargi Swiss Performance Index (SPI) prenait 0,33%.

Mais 2013 restera marqué par l'expansion et la diversification avec la prise de contrôle du fabricant français de vêtements et équipements pour la montagne et le plein air Lafuma. Détenue désormais à près de 60%, la société d'outre-Jura, dont les ventes ont atteint 238 millions de francs l'an passé, permettra au groupe de Sursee de doubler son chiffre d'affaires à plus de 400 millions.

Au final, la reprise de Lafuma se monte à la date du 15 février 2014 à 63,1 millions d'euros, dont 41 millions sous la forme d'augmentations du capital. Désormais, M. Sulzberger, qui dirige également la société française, veut s'attacher à en terminer la réorganisation entamée en mai 2013.

Organisé autour de ses quatre marques, soit Lafuma (vêtements et équipements pour le plein air ainsi que les meubles de camping et jardin), Millet (vêtements et équipements de montagne), Eider (habits de ski) et Oxbow (vêtement pour le surf), le groupe comptera à l'avenir trois divisions. Il s'agit des unités Furniture (meubles), Mountain & Outdoor (montagne et plein air avec les marques Lafuma, Eider et Millet) et Surf (Oxbow).

Suppression d'emplois

Le processus se soldera par la suppression de quelque 160 emplois, avec notamment le transfert de la production des vêtements et équipements Lafuma du site d'Anneyron vers celui d'Annecy (Eider et Millet). Etabli à Bordeaux, Oxbow verra aussi son effectif se réduire.

Quant au site d'Anneyron, près de Valence, il se concentrera sur la production des meubles de camping et jardin. Les coûts de restructuration, de 14 millions d'euros, ont été passés sur l'exercice 2012/13 et des plans sociaux ont été négociés avec les représentants des salariés.

La réorganisation devrait s'achever en milieu d'année. Lafuma dispose également d'unités de production en Tunisie et en Hongrie, tout comme le groupe Calida, ainsi qu'en Chine. Pour cette année, M. Sulzberger s'est montré prudent. L'exercice se révélera, certes, difficile, mais avec un résultat solide.

Concernant le groupe Lafuma, l'objectif est d'atteindre cette année un résultat équilibré. Mais ses ventes devraient continuer de se contracter de près de 10%. Il contribuera dès l'an prochain au bénéfice de Calida. (ats)

Ton opinion