Actualisé 08.05.2008 à 07:53

Calmy-Rey défend le système démocratique

La conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey a défendu jeudi à Genève le système démocratique suisse devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU.

Elle a présenté le rapport de la Suisse sur son respect des droits humains.

«Nos efforts ne sont pas terminés», a affirmé la cheffe du Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE), qui a souligné sa volonté de «prendre sérieusement en compte les attentes de la société civile».

Elle a reconnu «un climat de tension identitaire» et de «repli sur soi» provoqué par «la dynamique de la mondialisation». Ce climat exclut l'autre, a affirmé la ministre suisse, tout en défendant la démocratie semi-directe.

Elle a estimé que les critiques sur le droit d'asile ne sont pas fondées et que la loi révisée offre toutes les garanties juridiques nécessaires.

Institution nationale

Pour répondre aux critiques des ONG, Mme Calmy-Rey a indiqué que le DFAE présentera prochainement au Conseil fédéral un rapport sur l'opportunité de la création d'une institution nationale des droits humains. Cette institution n'existe pas en Suisse, ce qui aboutit à des incohérences selon les cantons, selon les ONG.

Elle a rejeté par contre la proposition des ONG d'une loi générale sanctionnant toutes les formes de discrimination. «L'approche sectorielle offre une protection suffisante», a-t-elle dit. Mme Calmy-Rey doit ensuite répondre aux questions posées par les autres pays lors d'un dialogue public de trois heures. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!