Affaire Rappaz: Calmy-Rey s'inquiète du sort de Rappaz
Actualisé

Affaire RappazCalmy-Rey s'inquiète du sort de Rappaz

La conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey se dit préoccupée par le sort de Bernard Rappaz, en grève de la faim depuis 82 jours.

Lors d'une rencontre avec la presse à Berne, elle a avoué ne pas avoir de réponse au dilemme que pose le chanvrier.

Lors d'une rencontre avec la presse à Berne, elle a avoué ne pas avoir de réponse au dilemme que pose le chanvrier.

«C'est une situation humaine intolérable et en même temps on est impuissant», a confié la cheffe du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) sur les ondes de la RSR.

La ministre relève que nourrir de force le Valaisan est dangereux, mais en même temps «la prison n'est pas un endroit pour mourir», a-t-elle dit. Elle a ajouté ne pas avoir de conseil à donner à quiconque.

Le cas Rappaz pose une question à toute la Suisse: jusqu'où aller pour appliquer la justice au risque de laisser mourir quelqu'un en prison. «Moi-même je n'ai pas de réponse», a-t-elle déclaré.

(ats)

Ton opinion