Genève: Caméra dans les toilettes de l'école: l'Etat va sévir
Actualisé

GenèveCaméra dans les toilettes de l'école: l'Etat va sévir

Une enquête reconnaît la responsabilité de la directrice de l'établissement primaire des Grottes dans le système qui traquait les enfants visant mal les WC.

par
Raphaël Leroy
Direction et parents d'élèves se sont rencontrés en début d'année. (Photo: rle)

Direction et parents d'élèves se sont rencontrés en début d'année. (Photo: rle)

Il aura fallu plus de cinq mois au Département de l'instruction publique (DIP) pour agir. Alors qu'il niait toute implication de la directrice de l'école primaire des Grottes dans la pose d'une minicaméra dans les toilettes des garçons de l'établissement, il compte finalement la punir.

«Une enquête a été diligentée dès la divulgation des faits à la fin septembre, révèle le directeur des établissements primaires, Jean-Luc Boesiger. Il en ressort que le dispositif a été installé ponctuellement entre avril et septembre, et non de façon continue. Nous avons par ailleurs confirmé notre confiance à l'égard du concierge (ndlr: il avait installé ledit système). Enfin, la responsabilité de la directrice a été engagée, car il apparaît qu'elle ne pouvait ignorer le dispositif.»

Concierge réintégré

Des déclarations qui tranchent avec le déni dans lequel se murait le DIP dès le début de l'affaire. Pour preuve: alors que l'intendant, employé par la Ville, était suspendu, la directrice des Grottes n'était pas sanctionnée, à la grande surprise des parents d'élèves. «La décision en termes de sanctions doit être prise ces prochaines semaines, précise Jean-Luc Boesiger. Elle devrait être proportionnée à celle du concierge.»

Celui-ci a reçu «une sanction administrative modérée vu ses bons états de service en seize ans d'activité». Il a pu toutefois réintégrer son poste le 31 janvier. Le ministère public, lui, a définitivement clos sa procédure le 20 février dernier, faute de plainte.

Ton opinion