Valais: Caméras et tribune vitrée pour la sécurité des élus
Actualisé

ValaisCaméras et tribune vitrée pour la sécurité des élus

L'accès au Parlement sera mieux surveillé, a décidé le Grand Conseil. Une pratique que connaissent déjà les députés vaudois et genevois.

par
Frédéric Nejad/mag

Le président du Grand Conseil a dévoilé hier que des mesures supplémentaires allaient être prises pour sécuriser le Parlement cantonal et ses élus. «Certains de nos collègues nous ont indiqué, en début d'année, qu'ils avaient fait l'objet de menaces, notamment sur des réseaux sociaux», a expliqué Grégoire Dussex, confirmant une info du site lenouvelliste.ch.

Il conteste cependant céder à une paranoïa due aux attentats de Paris et de Copenhague, ou à la fusillade du Parlement d'Ottawa (CAN), en octobre 2014. «On en discute depuis plus de deux ans, souligne l'élu PDC. Nous profitons de travaux imminents pour compléter le concept, avec notamment des caméras de surveillance visibles à l'entrée et dans le Parlement.

Et comme la tribune du public surplombe l'emplacement des députés, nous voulons y installer une vitre renforcée afin d'éviter des chutes, voire des jets d'objets, comme les sièges mobiles des visiteurs, qui seront remplacés par du mobilier fixe.» Il n'y aura cependant pas de surveillance policière, par manque de moyens humains au sein des forces de l'ordre cantonales.

A Lausanne et à Genève (lire ci-dessus), les débats sont surveillés depuis la fusillade meurtrière du parlement de Zoug, qui avait fait 14 morts en 2001. Dans la capitale vaudoise, deux ou trois agents de sécurité privés veillent au grain, ainsi que deux policiers armés en civil, détaille le président du Grand Conseil, Jacques Nicolet.

Portique inutilisé

«A Genève, nous avons deux gendarmes en permanence durant les sessions, un devant chaque entrée», décrit Maria Anna Hutter, sautier du Grand Conseil. Les mesures varient en fonction des événements: l'accès du public peut être restreint si nécessaire. «Après Zoug, un portique de détection de métaux a été acheté mais il n'a jamais été installé. Il fallait vite prendre des mesures, mais ensuite c'était compliqué à mettre en place», glisse-t-elle.

Ton opinion