Actualisé

SuisseCamions: 90 km/h au lieu de 80 sur les autoroutes?

Les camions devraient pouvoir rouler à 90 km/h au lieu de 80 km/h sur les autoroutes et semi-autoroutes et être autorisés à circuler dès 04h00, et non plus 05h00.

La branche suisse du transport de marchandises a préconisé jeudi une série de mesures pour améliorer l'efficacité, que ce soit sur le bitume, les rails ou dans les airs. Ainsi, les camions devraient pouvoir rouler à 90 km/h au lieu de 80 km/h sur les autoroutes et semi-autoroutes et être autorisés à circuler dès 04h00, et non plus 05h00.

Les quatre faîtières, flanquées d'economiesuisse, proposent également de permettre aux poids lourds électriques «silencieux» de prendre la route de nuit, lorsqu'ils effectuent de courts trajets de livraison vers des centres urbains. Elles estiment que les assouplissements demandés fluidifieront le trafic et le répartiront de façon à désengorger les axes aux heures de pointe.

L'Association suisse des transports routiers (ASTAG) ne compte pas s'arrêter là. Elle appelle à la création de voies de dépassement et à l'extension des capacités de transbordement des conteneurs en construisant un terminal sur le site logistique à Bâle.

Revoir la tarification

La tarification du trafic devrait, elle aussi, faire l'objet d'améliorations. Des applications informatiques devraient favoriser une meilleure utilisation des capacités existantes, ont évoqué les organisations devant les médias à Berne.

Les taxes de la redevance poids lourds (RPLP) pourraient être rééchelonnées selon l'heure à laquelle les camions occupent le bitume. Une suggestion similaire du Conseil des Etats vient pourtant d'être rejetée par le Conseil fédéral.

Les sociétés actives dans les airs se soucient de la préservation des possibilités de développement des aéroports nationaux. Elles se défendent contre des restrictions supplémentaires des horaires d'exploitation.

Bonus-malus sur le rail

Côté rail, les entreprises appellent à un prix du sillon prenant en compte l'usure de l'infrastructure. Ils devraient donc se sastisfaire de la révision mise en consultation il y a peu par l'Office fédéral des transports, qui va dans ce sens.

Les compagnies ferroviaires désirent en outre une compensation des retards subis à cause du trafic voyageurs. Un régime de bonus-malus ferait l'affaire.

De manière globale, la branche souhaite que la Confédération et les cantons formulent des objectifs stratégiques pour le site logistique national. Les pouvoirs publics devraient mettre l'accent sur une vue d'ensemble intégrant tous les modes de transport.

A l'origine de ces revendications, on retrouve l'Association suisse des transports routiers (ASTAG), l'Association des transporteurs de marchandises sur le rail (VAP), Air Cargo et l'Association suisse de navigation et d'économie portuaire (SVS). (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!