Suisse Tourisme: Campagne d'hiver pour contrer le franc fort
Actualisé

Suisse TourismeCampagne d'hiver pour contrer le franc fort

Le franc fort a dissuadé de nombreux touristes européens. Suisse Tourisme lance une nouvelle campagne à trois cibles: marché intérieur, les pays voisins et les marchés émergents.

Véronique Kanel, porte-parole de Suisse Tourisme.

Véronique Kanel, porte-parole de Suisse Tourisme.

L'hiver s'annonce difficile pour le tourisme suisse après un été de stagnation. L'institut KOF prévoit un statu quo des nuitées ( 0,1%) en raison du franc fort. Suisse Tourisme lance une campagne qui vise le marché intérieur, les pays voisins et les marchés émergents.

Le Centre de recherche conjoncturelle de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (KOF) table sur une progression des nuitées des touristes suisses ( 1,1%). Il prévoit une baisse des nuitées des hôtes étrangers (-0,7%).

Le franc fort a dissuadé de nombreux touristes européens depuis quatre ans: -25% en Valais, -28% dans les Grisons voire -30% dans l'Oberland bernois. Les grandes villes suisses font exception à cette dégringolade.

Face à ce recul, il faut miser sur des pays comme la Chine et le Brésil, où l'engouement pour le ski et les séjours à la neige vont croissant, a souligné lundi le directeur de Suisse Tourisme Jürg Schmid devant les médias réunis à Zurich.

Spot avec l'astronaute Buzz Aldin

Dans ce but, l'organisation faîtière a notamment réalisé un spot publicitaire avec l'astronaute américain Buzz Aldrin (Apollo 11), âgé de 85 ans. Le héros, qui a marché sur la lune en 1969, y est mis en scène au Breithorn (VS), en explorateur d'un paysage spectaculaire à l'enneigement immaculé, vêtu d'un équipement d'hiver blanc, un drapeau suisse planté dans la poudreuse.

Photographe à ses heures perdues, le champion olympique de halfpipe, le Suisse Youri Podlatchikov a, lui, réalisé les portraits des sportifs d'hiver Dario Cologna, Dominique Gisin et Fanny Smith vantant le tourisme en Suisse. Il a également lancé en Russie la campagne destinée à son autre pays.

Prix stables et forfaits pour retenir les Suisses

L'autre objectif de la campagne «Amoureux de la Suisse» est d'inciter les Helvètes à passer ses vacances d'hiver dans le pays. Ces derniers se sont montrés «loyaux» ces dernières années malgré l'attrait des prix bas dans les pays voisins, se réjouit Jürg Schmid. Le marché intérieur continue en effet de progresser. Il devrait atteindre 46,6% l'an prochain.

Pour empêcher les Suisses d'aller skier ailleurs, 80% des stations renoncent à une augmentation des prix, voire baissent leurs tarifs. Les hôtels affichent des tarifs en recul depuis 2009 et les forfaits spéciaux se multiplient. Cet hiver, les enfants jusqu'à 9 ans skieront gratuitement dans les Alpes vaudoises et à Gstaad (BE), par exemple. Les marges bénéficiaires fondent comme neige au soleil.

Depuis plusieurs années, les pistes enneigées ne constituent plus le but unique des vacances d'hiver. Les stations doivent faire preuve d'originalité, à l'image de Leysin (VD), qui a construit un toboggan géant sur neige. La présentation des destinations présentées sur le site snow.MySwitzerland.com de Suisse Tourisme et sur l'appli Swiss Snow Report s'est adaptée à cette tendance.

De même, Suisse Tourisme lance un projet-pilote pour celles et ceux qui souhaitent se remettre au ski après en avoir arrêté la pratique, avec un forfait spécial incluant logement, cartes journalières, matériel et moniteur.

Recul des nuitées en été

Durant l'été 2015, les nuitées hôtelières ont reculé de 0,1%. Ce résultat est surtout influencé par une hausse des nuitées touristiques suisses ( 0,6%) et des touristes non européens (Chine 37,9%, Asie du Sud-Est 4,4% et pays du Golfe 24,4%).

Les nuitées hôtelières des touristes provenant de la zone euro accusent un recul de 13%. La baisse est de 15,1% pour les Allemands, de 20% pour les Néerlandais et de 12,2% pour les Italiens.

Suisse Tourisme a aussi constaté une hausse des nuitées dans les villes et les hauts lieux touristiques, très prisés par les hôtes venus d'Asie et des pays du Golfe. Par contre, les nuitées dans les régions alpines et rurales privilégiées par les touristes de la zone euro ont accusé un «recul significatif». (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion