Espagne: Campagne pour le référendum suspendue
Actualisé

EspagneCampagne pour le référendum suspendue

Le gouvernement catalan met un frein au référendum du 9 novembre pour l'indépendance de la région.

Des pro-indépendentistes manifestent près du parlement, à Madrid, en Espagne, mardi.

Des pro-indépendentistes manifestent près du parlement, à Madrid, en Espagne, mardi.

Le gouvernement catalan a suspendu mardi la campagne pour le référendum du 9 novembre sur l'indépendance, afin de respecter la légalité. Il a toutefois affirmé sa «détermination» à remplir ses engagements, au lendemain de la suspension de la consultation par le Tribunal constitutionnel espagnol.

«Nous ne pouvons pas mettre dos au mur les fonctionnaires» locaux, a affirmé à la presse le porte-parole du gouvernement catalan, Francesc Homs. Il a assuré pourtant que «la détermination du gouvernement est de continuer» vers une consultation.

«Nous sommes dans un contexte dans lequel rien n'est terminé. Il y a une procédure par-dessus laquelle on ne peut pas passer. Mais notre volonté est de continuer et nous ferons les choses pour remplir nos engagements en conformité avec le droit», a affirmé le porte-parole.

«On ne peut pas donner le signal que l'on a abandonné. Il n'y a pas de loi annulée. Il n'y a pas de décret annulé», a-t-il ajouté.

Demande de levée de suspension

La présidente du Parlement de la région catalane, Nuria de Gispet, a annoncé mardi qu'elle demanderait au Tribunal constitutionnel la levée immédiate de la suspension de la loi permettant d'organiser le référendum le 9 novembre, au motif qu'elle empêchait la région d'organiser d'autres consultations.

Cette loi n'est pas faite uniquement pour la consultation du 9 novembre et sa suspension «porte préjudice à l'intérêt général», a-t-elle déclaré.

Conflit ouvert

Le Conseil constitutionnel espagnol a accepté lundi d'examiner un recours de Madrid contre la loi et le décret catalans destinés à organiser un référendum sur l'indépendance de la Catalogne. La décision d'entrer en matière a suspendu les effets du décret. Le conseil doit désormais se prononcer sur le fond dans un délai de cinq mois.

La Catalogne n'a jamais accepté la décision du Tribunal constitutionnel d'annuler en partie, en 2010, un statut la reconnaissant comme «nation». La région autonome est en conflit ouvert depuis trois ans avec le gouvernement central conservateur. (ats/afp)

Ton opinion