télé-réalité: Candidats prêts à tout pour un job à 100'000 fr.

Actualisé

télé-réalitéCandidats prêts à tout pour un job à 100'000 fr.

Cinquante personnes ont participé
lundi à un casting pour une nouvelle émission de La télé.

par
Laurent Flückiger

Une scène, un micro, un candidat. Face à lui, un jury de trois personnes. On dirait le casting d'un télé-crochet. Pourtant c'est un job dans une entreprise qu'une cinquantaine de personnes entre 20 et 45 ans sont venues chercher lundi à Lausanne.

La chaîne La télé lance une émission de télé-­réalité dont le vainqueur remportera une formation et un travail – encore mystérieux – d'une valeur de 100 000 fr. En ces temps de crise, certains n'ont pas hésité.

Ce ne sont pas les caméras qui les ont attirés. C'est «le job, avant tout», confirme Phi­lippe, 44 ans. Le doyen, vingt ans de trading, est à la recherche d'un emploi depuis plus d'un an. Pourtant, 100 000 fr., «ce n'est pas la moitié de ce que je gagnais».

Krystel, 24 ans, a fait près de 400 offres d'emploi et doute que les trois jurés, Tristan Cerf («20 minutes»), Patrice Matthey (La télé) et Jean-Luc Bernard (Glem Prod), puissent la juger en cinq minutes seulement. C'est à elle. On lui demande ce qui l'a motivée à venir, ses défauts, ses qualités. Elle tremble un peu. «C'était moins stressant que je pensais, dit-elle en ressortant. Et le cadre de la télé-réalité, c'est marrant.»

Enfin, comme dans toute émission du genre, il y a des répliques que le jury n'oubliera jamais: «Mon but, c'est de trouver le job, avec un L majuscule!»

Ils veulent faire partie des huit élus:

Julien, 22 ans, sans profession:

«C’est un nouveau défi, après un arrêt de travail d’un an et demi. Tous les moyens sont bons pour trouver un job. Et pourquoi pas passer à la télé si, au final, le résultat est là.»

Sandie, 22 ans, a fini vendredi son apprentissage:

«Je suis assez positive. Ils m’ont demandé de leur dire comment je me vois dans dix ans. C’est une opportu­nité d’apprendre un nouveau job. Même si c’est d’une manière qui sort de l’ordinaire.»

Yvan, 34 ans, ex-peintre en carrosserie:

«Ce casting à la chaîne, c’est comme à l’usine. Mais je n’ai que du travail temporaire et je recherche un poste fixe. Il paraît que le job sera dans le tourisme. J’ai un bon rapport avec la clientèle.»

Ton opinion