Vaud: Candidature d’une femme de 24 ans «pas si surprenante»

Publié

VaudCandidature d’une femme de 24 ans «pas si surprenante»

La coprésidente de Jeunes Verts Angela Zimmermann entre en lice, contre toute attente, pour le Conseil des États.

par
Xavier Fernandez
Angela Zimmermann affrontera des poids lourds de la politique.

Angela Zimmermann affrontera des poids lourds de la politique.

RTS

Deux sièges très convoités vont se libérer à Berne: ceux des conseillers aux États dévolus aux Vaudois. Ces derniers temps, plusieurs candidats sont sortis du bois, dont deux anciens conseillers d’État, Pierre-Yves Maillard (PS) et Pascal Broulis (PLR). Mais, dimanche, c’est une illustre inconnue de 24 ans, la coprésidente des Jeunes Verts Angela Zimmermann, qui a annoncé sa candidature en direct sur la RTS. Et ce alors que les Verts ont déjà désigné Raphaël Mahaim pour se frotter aux mastodontes susmentionnés.

«Cette candidature est inattendue mais pas si surprenante, estime le politologue René Knüsel. Les sections Jeunes des Verts sont coutumières de ce genre de frasques. En Suisse alémanique surtout, elles proposent souvent des candidats improbables.» Le professeur de l’UNIL considère que c’est un peu leur marque de fabrique. «Les sections Jeunes des autres partis sont souvent perçues comme des centres de formation. Mais chez les Verts, elles ont leur propre électorat et mènent leur propre politique, quitte à se distancier de la ligne du parti.»

Cette candidature serait en outre une aubaine pour la démocratie. «La tranche des 18-25 ans est celle qui vote le moins en Suisse. Qu’une candidate qui leur ressemble se lance, ça peut susciter de l’intérêt.» Et l’intéressée de souligner qu’elle est 34 ans plus jeune que la moyenne des actuels conseillers aux États.

Configuration différente pour Dittli

L’année dernière, Valérie Dittli (Le Centre) avait créé la surprise avec son élection au Conseil d’État vaudois à l’âge de 29 ans. «Mais elle a bénéficié d’un concours de circonstances. Il y avait d’un côté une volonté de se débarrasser de Cesla Amarelle (PS) et, de l’autre, de barrer la route à l’UDC. Ce petit jeu lui a rapporté pas mal de voix. Pour Angela Zimmermann la configuration est très différente. À mon avis, elle n’a aucune chance», analyse René Knüsel.

Antécédents de jeunes candidatures

À Genève, Lisa Mazzone (Les Verts) est devenue députée à 25 ans, puis conseillère nationale deux ans plus tard. Pierre Maudet a, lui, été élu au Conseil d’État à 34 ans. Quant au Neuchâtelois Raphaël Comte, il a commencé à siéger au Conseil des États à tout juste 30 ans. S’il existe des exemples de jeunes candidats élus, il y en a foison qui ne passent pas la rampe. «On dit souvent que, en politique, il faut commencer par se prendre des vestes. Ça permet de se faire un nom et d’exister dans les médias», résume le politologue.

Ton opinion

179 commentaires